Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé - Sciences

VIDEO J'y crois pas ! - La grossophobie, un fléau sur les réseaux sociaux et dans la vraie vie

-
Par , France Bleu

La grossophobie, c'est la stigmatisation des personnes de forte corpulence. Et Instagram comme son propriétaire Facebook en sont atteints. Mercredi 5 février, leurs algorithmes ont bloqué le compte de Télérama à cause de la photo d'une jeune femme nue et surtout corpulente.

Instagram comme son propriétaire Facebook sont atteints de grossophobie. Mercredi 5 février, leurs algorithmes ont carrément bloqué   le compte de Télérama. Le crime du magazine : en Une, il a publié une photo de la DJ et militante Leslie Barbara Butch, toute nue. Un nu artistique qui comme le dit Télérama ne montre ni sexe, ni sein. Précision essentielle car sur le corps humain les réseaux sociaux ont des pudeurs de gazelle. Pudeur respectée à la lettre par la dite photo. 

Pourtant les internautes  qui ont voulu la partager ont été censurés. Pire le compte de Leslie Barbara Butch a été bloqué, fermé.  Au vue du tollé provoqué, Facebook et Instagram ont présenté leurs plates excuses et ont rétabli les comptes.   

Pourquoi une censure pareille ?  

Pour Thomas Bécard de Télérama, c'est parce que cette photo montre trop de peau.  En fait, trop de kilos. Ce qui serait vraiment en cause  c'est le format XXL de la jeune femme.  Car ce n'est pas la première fois qu'elle et d'autres femmes avec des courbes généreuses voient leur photo squizzées.  La raison  : notre société ne voudrait pas voir de gros.  Ni sur internet, ni au boulot, ni même dans la vie de tous les jours.  Dans les transports en commun, pas de siège adaptés. Pareil à l'école. Et idem à l'hôpital où les lits et les chaises roulantes sont inadaptés pour les plus de 100 kilos.  Et pas mieux dans le regard des autres : en surpoids égal sans volonté.  D'où un cycle infernal de souffrance qui bousille l'estime de soi et pousse à l'isolement.  

Nos modes de vie, fabriques à kilos en trop

Un comble alors que la France grossit de plus en plus avec 6,5 millions d'obèses et 2 millions de personnes en surpoids.  Un comble aussi   car cette épidémie de kilos en trop  vient en partie de nos modes de vie.  Surtout chez les femmes. Stress, doubles journées, repas express  et régimes draconiens font engraisser les corps.  

La nouveauté, c'est que face à cette grossophobie ambiante de plus en plus de victimes se rebellent et refusent de se laisser effacer des réseaux sociaux comme du reste de la société.  

Et justement, si Télémara  a fait sa Une avec la photo de Leslie Barbara Butch nue c'est parce que son dossier de la semaine s'intitule :   "Pourquoi on rejette les gros ?"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu