Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

VIDÉO - L'opération Octobre rose est "absolument nécessaire" pour le cancérologue avignonnais Daniel Serin

-
Par , France Bleu Vaucluse

Le mois d'octobre s'achève... Et avec lui, c'est l'opération Octobre rose qui prend fin. Cette année encore, les actions d'informations se sont succédées durant ce mois dédié à la lutte contre le cancer du sein. C'est tout à fait indispensable, pour le docteur Daniel Serin.

Avignon, France

La 26e édition de l'opération Octobre rose s'achève cette semaine. Elle a permis, encore une fois, de mettre l'accent sur la nécessité du dépistage en matière de cancer du sein. "Aujourd'hui, souligne le cancérologue avignonnais Daniel Serin, certains citoyens, certains activistes remettent en cause le dépistage organisé. Ils parlent de sur-diagnostic, de sur-traitement. Mais ce dépistage est tout à fait indispensable. Un cancer pris à temps se guérit dans neuf cas sur dix.

Pour le médecin, l'opération Octobre rose est essentielle, parce qu'elle permet de sensibiliser les femmes au travers d'informations basées sur la science. Et cela les conforte dans leurs démarches.

Aujourd'hui, le nombre de cancers du sein est en augmentation. En 2017, on a compté 59.000 nouveaux cas.  "La fréquence des cancers du sein augmente, mais ça ne veut pas dire que nous sommes face à une épidémie, explique le docteur Daniel Serin. En fait, c'est lié à l'augmentation et au vieillissement de la population. Aujourd'hui, on fait des diagnostics chez des personnes âgées dont on ne s'occupait pas auparavant."

Le manque d'activité physique augmente le risque  

On ne connait toujours pas les causes des cancers du sein, mais on connait les facteurs de risques... "Ils sont simples, reprend le cancérologue. Il s'agit pour l'essentiel du surpoids et de la sédentarité. On le voit dans tous les pays du monde : le manque d'activité physique augmente de 25 à 30% le risque de développer un cancer. Et pas seulement un cancer du sein, mais tout type de cancer."

Et pour faire avancer la prévention en matière de cancer du sein, une journée mondiale des cancers métastasiques (cancers avancés) sera créée l'année prochaine, le 13 octobre.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu