Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

VIDÉO - Une nouvelle étude démontre la dangerosité de la lumière bleue des écrans

-
Par , France Bleu

Selon une étude américaine publiée en juillet, une exposition prolongée à la lumière bleue des écrans diffusée par les ordinateurs, téléphones et tablettes provoque des dommages irréversibles sur la vue.

Regarder un écran dans le noir accroît  les risques de dégénérescence maculaire.
Regarder un écran dans le noir accroît les risques de dégénérescence maculaire. © AFP - VICTOR TONELLI / Hans Lucas

Nous y sommes de plus en plus exposés : ordinateur, tablette, smartphone... La lumière bleue des écrans, néfaste pour le sommeil, peut aussi considérablement abîmer la vue confirme une étude publiée en juillet dans la revue Nature (en anglais).

Réaction chimique

Ces quatre chercheurs de l'université de Toledo (Etats-Unis) ont découvert qu'une exposition prolongée à la lumière bleue déclenche une réaction chimique toxique dans l’œil qui endommage la rétine de façon irréversible.

Le processus identifié est le suivant : nous détectons la lumière grâce à des photorécepteurs situés dans la rétine. Ces photorécepteurs fonctionnent grâce à une molécule appelé le rétinal. Or, lorsqu'elle est exposée à la lumière bleue des écrans cette molécule devient toxique et détruit les cellules photoréceptrices. 

Un futur traitement ? 

Les dégâts sont irréversibles car les photorécepteurs ne se régénèrent pas. Il y a toutefois des raisons d'espérer car au cours de ces recherches l'équipe a identifié une molécule protectrice, l'alpha tocopherol, un antioxydant dérivé de la vitamine E produit par l'organisme pour éviter la réaction toxique du rétinal. 

Si on est encore loin de mettre au point un traitement, les chercheurs espèrent qu'un jour un colyre à base de cet antioxydant sera à la disposition du grand public. En attendant, quelques gestes simples peuvent permettre de limiter les risques et les dommages : ne pas regarder un écran dans le noir ou encore porter des lunettes de soleil capables de filtrer à la fois les rayons UV et la lumière bleue.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess