Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé - Sciences

VIDEO - Les équipes pédiatriques de l'hôpital à Brest font un clip pour dénoncer les sous-effectifs

Ils dénoncent la fusion de deux services de pédiatrie depuis le mois de janvier : les soignants de l'hôpital Morvan à Brest ont réalisé un clip pour dénoncer leurs conditions de travail et le manque d'effectifs.

"Il faut être infirmière, secrétaire, brancardière, on n'peut pas savoir tout faire" : c'est un chant de détresse qu'entonnent dans un clip vidéo les équipes soignantes de la nouvelle unité médico-chirurgicale pédiatrique à l'hôpital de Brest depuis janvier. 

La fusion des deux services a entraîné des suppressions de lits mais surtout des manques d'effectifs. Infirmières et auxiliaires de puériculture ont donc repris la mélodie de la chanson Les Oubliés de Gauvain Sers pour tenter de se faire entendre. "C'était vraiment une demande des collègues du service qui voulaient trouver quelque chose d'original, explique Gweltaz Desmousseaux, représentant CGT. Elles ont lutté contre la création de ce service dans ces conditions, elles ont alerté la direction déjà". 

C'est les conditions de travail, l'accueil et la qualité des soins qui sont en jeu.

Manque d'effectifs et soins à la va-vite

"Au quotidien, on est _passé d'un binôme infirmière-auxiliaire pour six ou huit enfants à dix ou douze enfants_, lance Emilie. On a moins de temps et de moyens, donc on presse les enfants car on n'a pas le temps". "On laisse beaucoup plus les parents faire les soins comme les toilettes par exemple, précise Aurélie, une auxiliaire de puériculture. Comme on est pressés, on dépose une bassine en disant qu'on revient dans cinq minutes, mais souvent c'est fait entre temps"

Certaines salles auparavant utilisées pour des nourrissons en tables à langer accueillent désormais des enfants plus âgés alors qu'elles ne sont pas adaptées dénoncent les soignants. "On a des prises à hauteur d'enfant, dans les chambres avec deux lits le chariot d'urgence ne passe même pas côté fenêtre !", alerte l'auxiliaire de puériculture. 

Pétition en ligne

Cette année, un poste d'auxiliaire travaillant à 20% a été supprimé. En janvier, ce sera la même chose pour un poste d'infirmier. "Auparavant, on avait un binôme pour emmener les enfants au bloc. Désormais il n'y a plus que l'auxiliaire qui n'a pas beaucoup de moyens d'intervenir en cas de souci", explique Elodie. Les équipes réclament la création d'un binôme infirmier-auxiliaire supplémentaire, qui a été perdu avec la fusion, et la révision des organisations de travail.

Les arrêts ne sont pas remplacés. Une collègue absente depuis juin a été remplacée mi-novembre ! On est rappelés sur nos vacances et nos RTT.

Les soignants ont lancé une pétition en ligne pour demander plus de moyens. 500 personnes l'ont déjà signée.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu