Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Non, le coronavirus n'a pas été inventé par l'Institut Pasteur

-
Par , France Bleu

Une vidéo partagée des milliers de fois ces deux derniers jours voudrait prouver que le coronavirus Sars-Cov-2, responsable du Covid-19 aurait été créé par des scientifiques français de l'Institut Pasteur. Une fausse information contredite par de nombreux spécialistes et journalistes.

La vidéo mensongère  a été partagée massivement sur les réseaux sociaux.
La vidéo mensongère a été partagée massivement sur les réseaux sociaux. - Capture écran

Vous avez peut-être reçu par SMS, messagerie ou même vu sur internet cette vidéo qui affirme que le coronavirus est une invention française de l'Institut Pasteur. Comme l'ont déjà démontré nos confrères et collègues de France Inter, et ceux de l'AFP, cette vidéo est une énorme fausse nouvelle. L'Institut Pasteur dépose d'ailleurs plainte.

Il s'agit d'une vidéo d'une vingtaine de minutes, d'abord partagée sur Facebook ce mardi 17 mars puis échangée via les systèmes de messagerie. Un homme explique de "l'heure est grave" et qu'il a des révélations à faire sur le coronavirus et sur l'Institut Pasteur qui aurait selon lui "inventé et breveté" le coronavirus. Sur Facebook, en moins de 24 heures, la vidéo a été partagée au moins 96 000 fois. Sur Twitter, elle a également été postée des dizaines de fois.

Un démenti de l'Institut Pasteur

Toute la vidéo repose sur un véritable document, que vous pouvez d'ailleurs retrouver en ligne sur internet. Mais il n'atteste absolument pas d'une invention de virus, mais de celle d'un candidat-vaccin, en 2004 sur le Sars-Cov-1 (associé au SRAS, un précédent coronavirus apparu en Chine en 2003). L'Institut Pasteur informe sur ces fausses informations sur son site

Explications : L’Institut Pasteur a pour mission de travailler sur tous les virus émergents. Notamment les coronavirus. Et il existe plusieurs types de coronavirus.

  • En 2002, un premier coronavirus SARS-cov1 a émergé en Chine, responsable d’une épidémie de syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS en français, SARS en anglais).
  • En 2003, cette épidémie s’est étendue à plusieurs pays dans différents continents..
  • A l’époque, les équipes de l’Institut Pasteur se sont mobilisées, en proposant plusieurs stratégies vaccinales, dont un candidat-vaccin basé sur la plateforme rougeole (le vaccin rougeole peut être recombiné et utilisé comme un véhicule pour induire une réponse immunitaire contre d’autres agents pathogènes, ici SARS-cov1).
  • En 2004, ce candidat-vaccin contre SARS-cov1 a fait l’objet d’une déclaration d’invention (DI).
  • Le brevet déposé concernait bien le SARS-cov1 (responsable de la maladie dite SRAS en 2002-2003), qui est très différent de SARS-cov2 (responsable de la maladie dite Covid19 en 2019-2020).
  • Le brevet de 2004 décrit la découverte du virus puis l’invention d’une stratégie vaccinale contre ce virus, et NON l’invention du virus lui-même !
  • Ce candidat-vaccin contre SARS-cov1 n’a pas été expérimenté chez l’homme car, quand il était prêt, l’épidémie était heureusement terminée, et il n’y avait plus de patients sur lesquels proposer de le tester.
  • Dans la famille des coronavirus, SARS-cov2 fait partie du groupe de virus dits «SARS-like» (ou SARS-CoV).
  • Le savoir-faire développé en 2003 contre SARS-cov1, et le candidat-vaccin breveté en 2004, sont actuellement appliqués par les scientifiques concernés pour un projet en cours de vaccin potentiel contre SARS-cov2 (responsable de Covid-19), notamment en utilisant la plateforme rougeole.
Choix de la station

À venir dansDanssecondess