Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

VIDÉO - Olivier Obrecht (Agence régionale de santé) : "on va souvent aux urgences par facilité"

lundi 13 février 2017 à 11:57 Par Stéphane Parry, France Bleu Bourgogne

Services saturés, personnels surmenés, voire malmenés dans certains hôpitaux...l'afflux de patients durant l'épidémie de grippe aux urgences a révélé certaines carences dans les hôpitaux. Pour Olivier Obrecht, de l'ARS, il y a une réflexion à mener sur la permanence des soins des personnes âgées.

Olivier Obrecht est le directeur adjoint de l'Agence régionale de santé en Bourgogne Franche Comté
Olivier Obrecht est le directeur adjoint de l'Agence régionale de santé en Bourgogne Franche Comté © Radio France - Stéphane Parry

Dijon, France

Pourquoi l'épidémie de grippe et l'afflux de patients aux urgences n'ont-ils pas été anticipés ?

Je crois que l'on ne peut pas dire que l'on a pas anticipé le phénomène. On sait que tous les ans, on a une épidémie de grippe. Mais comme tout phénomène épidémique, il est difficile de le prévoir dans le temps. Par contre la manière dont on fait face à l'épidémie est parfaitement cadrée. J'en profite pour rendre hommage aux établissements hospitaliers qui se sont adaptés comme les autres années. L'arrivée précoce de la grippe et le type de virus de type A (H3N2) particulièrement agressif pour les personnes âgées a provoqué un afflux de malades aux urgences à Noël et pendant tout le mois de janvier.

Comment éviter cet afflux de malades aux urgences ?

Avec le soutien de l'union des professionnels de santé, nous avons rappelé que le recours aux urgences, c'est pour les urgences. Lorsque l'on a un problème de santé, il faut d'abord passer par son médecin traitant. Dans un certain nombre de cas, on va aux urgences par facilité parce que c'est un endroit ouvert 24 heures sur 24 et parce que l'on a l'impression que c'est un endroit où tout est possible, sans délai sans attente sans contrainte, or ce n'est pas vrai.

Cela veut-il dire qu'on manque de places dans les établissements pour personnes âgées dépendantes ?

On ne peut pas dire ça. Par contre en période d'épidémie, il faut que nous soyons vigilant sur la manière dont la couverture médicale est assurée dans ces établissements. L'épidémie de grippe de cette année nous conduit à mener une réflexion sur la permanence des soins dans ces établissements pour personnes âgées dépendantes. Il faut qu'on évite d'avoir une arrivée massive aux urgences de personnes âgées, des personnes qui sont fragiles et pour lesquelles, l'hospitalisation n'est jamais une bonne idée si on peut faire autrement.