Santé – Sciences

Pierre-Olivier Variot : "en Côte-d'Or, les patients sont à moins de dix minutes d'une pharmacie"

Par Stéphane Parry, France Bleu Bourgogne jeudi 26 janvier 2017 à 12:19

Pierre Olivier Variot, le président de l'Union des syndicats de pharmaciens d'officines craint la disparition des officines de campagne
Pierre Olivier Variot, le président de l'Union des syndicats de pharmaciens d'officines craint la disparition des officines de campagne © Radio France - Stéphane Parry

Un projet de maillage du territoire prévoit d'autoriser l'installation d'officines dans les zones de passage, comme les gares ou les centres commerciaux sans tenir compte des quotas de population. Pour Pierre Olivier Variot, ce projet est une menace pour les pharmacies situées en milieu rural.

Quelles sont les conditions pour ouvrir une pharmacie ?

Il faut un minimum de 2500 habitants, un local qui réponde à certaines exigences et enfin il faut une desserte optimale de population, c'est à dire qu'il y ait un bassin de population à proximité.

N'y a-t-il pas trop de pharmacies en ville au détriment des campagnes ?

Non, les pharmacies se sont créées avec des lois différentes qui ont évolué au fil du temps. Les officines se sont installées dans les endroits où il avait de la population. C'est ce qu'on voudrait éviter aujourd'hui. C'est vrai que si on reprend les quotas, on peut dire qu'il y a trop de pharmacies à Dijon. Après, elles vivent, elles sont là. On ne va pas les enlever. Aujourd'hui le maillage ville-campagne est bien équilibré. Les patients sont à moins de dix minutes d'une pharmacie. Le projet du ministère de la santé risque de remettre en cause cet équilibre.

Mais les pharmacies dans les centres commerciaux, cela existe déjà ?

Oui, pour le moment dans les centres commerciaux, vous trouvez une pharmacie. Si le projet passe, demain, ce sera deux voire trois officines qui pourront s'installer dans ces zones. On ne pourra pas empêcher un pharmacien qui a des difficultés financières en milieu rural de venir s'installer dans un centre commercial pour bien gagner sa vie.

  - Visactu
© Visactu -