Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

VIDÉO - Plongée dans le Gipsa Lab de Grenoble

lundi 20 novembre 2017 à 20:00 Par Laurent Gallien, France Bleu Isère

Le laboratoire Gipsa (Grenoble image parole signal automatique) est un des piliers français de la recherche en matière de communication numériques et d'interactions entre systèmes. Il s'agit entre autre de donner une "intelligence" comportementale aux machines.

Nina doit acquérir de l'intelligence "sociale"
Nina doit acquérir de l'intelligence "sociale" © Radio France - Laurent Gallien

Grenoble, France

"Signaux et systèmes". Difficile de faire plus vague et plus large que cette définition du domaine de travail du Gipsa Lab de Grenoble; qui fête cette année ses 10 ans. A travers trois grands secteurs ( voir ci-dessous), les 400 personnes qui travaillent pour ce laboratoire conjoint à l'UGA (Université Grenoble Alpes), à Grenoble-INP (Institut Polytechnique) et au CNRS explorent tout autant les méandres de notre cerveau que ceux de nos interactions sociales et que celles de nos objets avec leur environnement. Le plus simple est de passer par l'exemple.

Des drones qui s'évitent...

Dans un des laboratoires du Gipsa les chercheurs se penchent sur les interactions des drones de loisir avec leur environnement et avec leurs pilotes. La popularisation de ces objets commence en effet à faire naître des accidents. Une manœuvre un peu brusque, la focalisation sur le sujet filmé ou un recul "à l'aveugle" peuvent générer des collisions avec un câble électrique, une personne, d'autres drones... quand ce n'est pas avec un avion de ligne.
Chez Gipsa Lab on parvient à faire voler des drones dans un espace virtuellement limité et à leur faire éviter les collisions. La technologie va permettre de faire suivre une championne d'escalade rapide par plusieurs drones coordonnés, de façon ensuite à disséquer et améliorer sa gestuelle. Le tout sans que les drones ne heurtent la sportive, le mur d'escalade... ou ne se heurtent entre eux. Des applications qui permettent aussi à Gipsa Lab d'incuber, avec la SATT (Société d’Accélération du Transfert de Technologies) Linksium, une start-up dans le domaine des loisirs et du jeu : Drone Interactive présentera ses innovations au prochain CES (Consumer Electronic Show) en janvier à Las Vegas.
Illustration

Un robot avec une intelligence sociale

Un autre exemple des recherches du Gipsa Lab est Nina. Ce robot apprend petit à petit à adopter des comportements adéquat à la situation qui se présente à elle. En l’occurrence le travail s'oriente sur la conduite d'un test de mémoire, dépistage potentiel de la maladie d’Alzheimer. Pour être un bon robot "humanoïde" il ne suffit pas de savoir quelle question poser et si la réponse est bonne ou pas - ça c'est à la portée du moindre jeu pour enfant - mais pour que Nina puisse mener complètement ce test face à des gens potentiellement malade il faut qu'elle appréhende leur état émotionnel et adopte le bon comportement en retour. Et Gipsa Lab entre, à l'interface technologie-science sociale-science du langage, dans le monde de la communication "non verbale". Le but est que Nina puisse aussi parler avec ses yeux, ses intonations de voix, la position de son corps et puisse aussi faire preuve de bienveillance, d'empathie, de fermeté... etc.
La tâche est immense mais Nina progresse

Parmi ses domaines d'investigation Gipsa Lab est aussi capable de nous faire jouer à une sorte de Space Invader et de détruire des petits envahisseurs sans toucher la moindre manette de jeu, uniquement grâce à des capteurs sur notre tête.

Gipsa Lab ce sont :
- 400 chercheurs dont 150 permanents, le reste étant constitué de thésards, stagiaires, invités...
- 1 000m2 de plateformes expérimentales
- 400 publications scientifiques par an
- Un budget de 4,6 millions d'euros, dont 0,8 apportés par des industriels
- Trois départements
Automatique : "théorie de la modélisation, analyse, commande, observation, contrôle, diagnostic des systèmes complexes, embarqués, en réseaux"
Images-Signal : "traitement du signal, des images et des vidéos, information, communication, perception, vision, télédétection"
Parole et cognition : "agents conversationnels, communication face à face, biomécanique, voix parole et langague, linguistique, phonétique et dialectologie, neurocognition"