Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

VIDÉO - Une habitante de Villefontaine victime de deux AVC interpelle la ministre de la Santé

-
Par , France Bleu Isère, France Bleu

En janvier 2017, Jessica est victime de deux Accidents Vasculaires Cérébraux. À 31 ans, cette mère de deux enfants voit sa vie basculer et décide de lancer une pétition et une page Facebook pour exiger plus d'information sur cette pathologie. Elle nous raconte son combat.

Villefontaine, France

"J'étais en réunion de travail avec des collègues. Brutalement j'ai eu un gros mal de tête, très ciblé, juste ici", raconte Jessica en montrant du doigt l'arrière de son crâne. Le souvenir de son premier AVC est encore frais. "J'avais l'impression qu'on m'enfonçait un pic à glace dans le crâne. C'était très violent, je n'avais jamais ressenti ne telle douleur", explique-t-elle. Par chance, l'un de ses collègues appelle immédiatement le SAMU. Elle est transportée à l'hôpital. 

Une prise en charge inadaptée

Une fois à l'hôpital, Jessica n'est pas diagnostiquée immédiatement. Les médecins n'envisagent pas tout de suite que la jeune maman de 31 ans ait pu faire un Accident Vasculaire Cérébral. Au bout de 50 heures d'attente, elle passe un IRM qui confirme cette piste. 

Jessica a bien fait un AVC. Elle en fait un deuxième dix jours plus tard, à son domicile. "Mes beaux-parents étaient là pour garder mon petit. Ils ont appelé le 15. Le diagnostic a été tout de suite plus simple au vu des antécédents", résume-t-elle. Elle garde aujourd'hui des séquelles physiques et psychologiques de ces accidents.

Un combat contre la méconnaissance

Ces deux expériences traumatisantes piquent Jessica au vif. Constatant un manque de connaissance du public face à cette pathologie et une prise en charge inégale, elle se lance dans un combat pour demander une meilleure information au sujet de l'AVC. 

Elle crée une page Facebook et commence une pétition, réclamant "une campagne de santé publique contre l'AVC". Elle écrit également une lettre à la ministre de la Santé Agnès Buzyn. "Pour le moment, je n'ai pas encore de réponse", déclare Jessica. Sa pétition réunit aujourd'hui un peu plus de 8.000 signatures.