Santé – Sciences

Vierzon : l'IRM est entré en service

Par Michel Benoît, France Bleu Berry mardi 20 septembre 2016 à 16:07

Le premier patient de l'IRM installé à l'hôpital de Vierzon
Le premier patient de l'IRM installé à l'hôpital de Vierzon © Radio France - Michel Benoit

C'est un grand jour pour l'hôpital de Vierzon : son Imagerie par Résonance Magnétique est entré en activité ce matin. Il n'y avait pas d'IRM à Vierzon. L'hôpital s'est associé au secteur privé pour faire aboutir ce projet vieux d'une dizaine d'années.

Il n'y avait pas d'IRM à Vierzon. Un investissement de plus d'un million d'euros. Cela va changer beaucoup de choses pour les patients du Vierzonnais d'abord. Plus besoin de faire des dizaines de kilomètres pour une IRM. Christian doit subir un examen de la tête, les médecins veulent s'assurer qu'il ne souffre d'aucune pathologie au cerveau. Dans le Cher, seule la clinique de St-Doulchard et l'hôpital de Bourges en étaient déjà équipés. L'hôpital de Romorantin également dans le Loir et Cher.

La machine, son informatique et son entretien coûtent 1.300.000 euros - Radio France
La machine, son informatique et son entretien coûtent 1.300.000 euros © Radio France - Michel Benoit

L'Imagerie par résonance magnétique est apparue dans les années 80. Une technique plus précise qui facilite le diagnostic des médecins. Contrairement au scanner, elle a aussi pour avantage de ne faire subir aucune irradiation au patient. Le docteur Georges Loubrieu est le responsable du projet à l'hôpital de Vierzon, il attendait cet investissement depuis treize ans. "Une IRM est incontournable pour un hôpital", explique t-il. L''IRM sera utilisée le matin par le centre hospitalier de Vierzon, l'après-midi par le secteur privé, Raspail.

L'IRM  "découpe" le corps en tranche pour mieux sonder les organes - Radio France
L'IRM "découpe" le corps en tranche pour mieux sonder les organes © Radio France - Michel Benoit

Un mariage privé public qui va permettre d'amortir l'équipement dont le financement n'a pas été simple. L'Agence Régionale de Santé avait donné son feu vert au projet en 2012. Il n'avait pas été facile de la convaincre de l'intérêt de cette IRM à Vierzon. D'autres hôpitaux étaient jugés prioritaires. Il faut savoir que la France, par rapport à d'autres pays est sous équipée. Bref, elle donne son feu vert, mais l'hôpital de Vierzon dont on connait les difficultés, n'a pas les moyens de financer l'appareil. Un montage public-privé a donc été mis sur pied avec le centre d'imagerie médicale Raspail et l'ARS a également mis de l'argent sur la table : 900.000 euros sur les 1million 100.000 euros nécessaires pour réhabiliter une partie des anciens locaux de la maternité de l'hôpital.

Une partie de l'ancienne maternité du centre hospitalier de Vierzon a été réhabilitée pour accueillir l'IRM - Radio France
Une partie de l'ancienne maternité du centre hospitalier de Vierzon a été réhabilitée pour accueillir l'IRM © Radio France - Michel Benoit

Une subvention sans laquelle rien n'aurait été possible rappelle Florent Foucard, directeur de l'hôpital de Vierzon. Ajoutez 1.300.000 euros pour la machine et son entretien. Cette somme sera amortie sur 7 ans, par les recettes que va apporter cette IRM. L'hôpital de Vierzon espère ainsi renforcer son attractivité. Impossible en effet pour un hôpital, d'attirer des médecins sans un bon plateau technique. C'est encore plus vrai en imagerie médicale, où les praticiens sont formés aux techniques les plus modernes. D'ailleurs le centre hospitalier de Vierzon recherche deux médecins pour son service de radiologie. L'arrivée de cette IRM était donc indispensable. Florent Foucard imagine cependant une solution de repli au cas où aucun candidat ne se présenterait : les analyses des examens de l'IRM pourraient être faites à distance par des spécialistes à Tours ou Orléans...