Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Vignobles : un cas de flavescence dorée détecté sur la commune de Chauriat dans le Puy-de-Dôme

vendredi 17 novembre 2017 à 17:17 Par Eric Le Bihan, France Bleu Pays d'Auvergne

La flavescence dorée est une maladie de la vigne causée par un phytoplasme qui provoque le dépérissement des ceps contaminés. ll s’agit du premier foyer puydômois, mais elle sévit déjà dans les départements de l'Ardèche, de la Drôme et de l'Isère.

La flavescence dorée
La flavescence dorée © Radio France - Jean-Pierre Morel

Puy-de-Dôme, France

Fortement épidémique, la flavescence dorée est propagée par un insecte, la cicadelle de la flavescence dorée (Scaphoïdus titanus). La lutte contre cet organisme nuisible aux végétaux est obligatoire en tout lieu. Il est classé comme danger sanitaire de première catégorie selon l'arrêté ministériel du 31 juillet 2000. L'arrêté préfectoral pris dans le Puy-de-Dôme précise :

  • Les communes en périmètre de lutte obligatoire : Chauriat et Billom
  • Les modalités et les mesures de surveillance
  • Les mesures de lutte

Ces mesures concernent les végétaux du genre Vitis : vignes de production, vignes d'ornement, pépinières viticoles et vignes mères. Elles prévoient des traitements insecticides, dont les applications ont lieu au printemps afin de limiter la présence de cicadelle, vecteur de la maladie, ainsi que l'arrachage des ceps contaminés (ceps isolés ou parcelles entières à partir de 20% de contamination). Les dates et modalités des traitements insecticides feront l'objet d'une large information, en particulier en mairie. En complément, le traitement à l'eau chaude du matériel végétal permet de maîtriser la qualité sanitaire des jeunes plants utilisés dans le périmètre de lutte obligatoire. Il s'agit d'une mesure de prévention qui limite les risques de dissémination de cet organisme nuisible.

Les dispositions de cet arrêté préfectoral seront présentées le 30 novembre prochain aux professionnels de la filière viticole et aux maires des communes concernées lors d’une réunion.