Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Villars : les dentistes commencent à peine à finir de traiter les urgences accumulées pendant le confinement

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Les dentistes, qui ont du fermer leurs cabinets durant le confinement au printemps, sont tout juste en train de rattraper leur retard. Par ailleurs, avec le protocole sanitaire, ils peuvent soigner moins de patients au quotidien qu'avant l'épidémie de coronavirus. D’où l'embouteillage actuellement.

Le docteur Max Lacroix, dans son cabinet
Le docteur Max Lacroix, dans son cabinet © Radio France - Mathilde Montagnon

Trois chirurgiens-dentistes travaillent dans ce cabinet de la place Gambetta à Villars. Avant le coronavirus, ils recevaient chacun une vingtaine de patients par jour. Soit 60 personnes qui passaient par la même salle d'attente. Depuis le déconfinement, il a fallu alléger les emplois du temps : 8 patients par jour et par praticien maximum après le 11 mai, une quinzaine actuellement.

Le protocole sanitaire est également important avec notamment la désinfection et l'aération des pièces entre deux patients. Cela prend du temps. Alors les délais de prise de rendez-vous s'allongent : pas avant décembre-janvier pour les contrôles, trois semaines à un mois d'attente pour les urgences. Le cabinet commence tout juste à venir à bout des rendez-vous urgents qui avaient du être décalés au printemps. 

Prudence sur certains soins 

Mais de nombreux patients se montrent compréhensifs comme Christine qui sort tout juste de son rendez-vous : "ce rendez vous il a été pris début mars et il a été reporté à l'issue du confinement pour septembre. Mais on comprend bien qu'en terme de protocole, les dentistes sont quand même bien exposés. Donc on est compréhensifs". 

Cette épidémie a également des conséquences sur la nature des soins prodigués. "Quand on a commencé à retravailler après le confinement c'était des soins simples et d'urgence, détaille le docteur Max Lacroix, président du syndicat des chirurgiens-dentistes de la Loire, installé depuis 1980 à Villars. Et maintenant nous recommençons à faire un peu de prothèses simples, pas trop de chirurgie, mais petit à petit, on espère que cela rentrera dans l'ordre. _Les détartrages c'est très dangereux_, il y a des ultra-sons, il y a une grosse nébulisation, et des risques de contamination importants. On n'en fait que dans des cas urgents". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess