Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences DOSSIER : Le pourquoi du comment

Vin, bière, spiritueux : comment les alcools sont-ils taxés ?

jeudi 19 avril 2018 à 4:06 Par Delphine Martin, France Bleu Auxerre et France Bleu

Pour lutter contre les ravages causés par l'alcool, un collectif de médecins et d'associations propose une série de mesures pour réduire la consommation, notamment en jouant sur le prix. Il faut dire que les alcools ne sont pas tous taxés de la même manière. Explications.

Le France est le 2e producteur mondial de vin.
Le France est le 2e producteur mondial de vin. © Maxppp - Philippe Turpin

Pourquoi toutes les boissons alcoolisées ne sont-elles pas taxées de la même manière ?

En plus de la TVA, il existe deux taxes sur les boissons alcoolisées : les droits d'accise (qui sont différents selon les types d'alcool) et les cotisations sociales (pour les alcools de plus de 18 degrés).

Pour résumer : plus l'alcool est fort, plus la taxe est élevée.

Pour une bouteille de vin, le total des taxes représente environ 20% du prix, alors que c'est 60% pour une bouteille de Whisky. On estime que les taxes sur les alcools rapportent 4 fois moins que celles sur les cigarettes. A pleine plus de 4 milliards... contre 14 milliards pour le tabac.

Est-ce que le vin est un alcool tout à fait comme les autres ?

Oui, il n'y pas de doutes là-dessus. C'est d'ailleurs ce que disent les médecins qui ont lancé un appel le mois dernier et une série de propositions en début de semaine. Vu du foie, une dose de Vodka ou une dose de vin, c'est pareil.

L'alcool provoque 49 000 morts par an, dont 15 000 dus à un cancer. Selon des chercheurs britanniques, qui ont publié une étude dans la revue scientifique The Lancet, on commence à prendre des risques sérieux pour la santé lorsqu'on dépasse les 100 grammes d'alcool par semaine. Cela correspond à 10 verres. Au-delà, chaque verre diminuerait l’espérance de vie de 15 minutes.

Par « verre d’alcool », on entend « unité d’alcool », c’est-à-dire une dose de 10cl pour du vin à 12°, 25 cl pour de la bière à 5°, 3cl  de Whisky ou de Cognac...

Evidemment, les vignerons et les professionnels du vin vous diront qu'en général, les gens qui ont un problème avec l'alcool ne boivent pas des "bons" vins produits dans nos vignes, mais plutôt des alcools forts bas de gamme.

Ils disent aussi que le vin ce n'est pas que de l'alcool. C'est aussi un terroir, du patrimoine, bref, de la culture.

Si le vin est moins taxé, c’est donc à cause des lobbies ?

Le vin, c'est de la culture, mais c’est aussi du business. Nous sommes le 2e producteur mondial de vin (derrière l’Italie mais devant l’Espagne). C’est une activité commerciale qui rapporte plus de 11 milliards d’Euros par an, et qui pèse 550 000 emplois dans tout le pays, dont plus de 45 000 emplois en Bourgogne.

C'est une force économique très organisée, qui est aussi très bien représentée à l'Elysée puisque la conseillère agriculture de la présidence, Audrey Bourolleau, est l'ancienne déléguée générale du groupe "Vin & société".

Le "Pourquoi du Comment" sur les taxes des boissons alcoolisées - par Delphine Martin

  - Aucun(e)
-