Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Virus du Sida : la séropositivité en baisse à Paris

-
Par , France Bleu Paris

La Ville de Paris et l'Agence régionale de Santé d'Ile-de-France annoncent ce lundi une baisse importante des découvertes de séropositivité dans la capitale. Entre 2015 et 2019, le recul est de -16% principalement chez les hommes homosexuels ou bisexuels.

Paris, ville de l'amour sans Sida
Paris, ville de l'amour sans Sida - Ville de Paris

Paris, Île-de-France, France

À l'occasion de Fast Track Cities 2019 à Londres, la première conférence des villes engagées pour mettre fin au Sida, la Ville de Paris et l'ARS (Agence Régionale de Santé) d'Ile-de-France annoncent un net recul des découvertes de séropositivité dans la capitale.

La baisse des nouveaux diagnostics entre 2015 et 2018 est de -16% principalement chez les hommes gays et bisexuels.  

Il faut tout de même mettre un bémol à ces bons résultats car cette baisse ne concerne quasiment pas les femmes, qui représentent 30% des découvertes de séropositivité à Paris en 2018. Ce recul n’est pas non plus significatif pour les personnes nées à l’étranger.

Un dépistage en hausse

Plusieurs initiatives expliquent ces bons résultats explique la Mairie de Paris dans son communiqué. Il y a d'abord le dépistage du virus qui a augmenté sur les deux dernières années. Le nombre est passé de 485.000 en 2016, année la plus basse depuis 2011, à 534.000 en 2018 (+10%). Cela a permis à ceux qui sont touchés de le savoir très vite et de se soigner plus tôt avec les traitements antirétroviraux.

Les consultations gratuites, les distributions gratuites d'autotest de dépistage du VIH et de préservatifs ont aussi permis de faire baisser le nombre de personnes contaminées.

Les nouveaux moyens de prévention sont efficaces

La prévention a fait un bond en avant grâce au PrEP, un traitement médicamenteux qui empêche l'infection par le virus du SIDA chez des personnes n'ayant pas été contaminées. Ce traitement préventif du VIH est remboursé en France depuis mars 2016. Il a été rapidement adopté par les hommes les plus exposés.

Paris une ville très touchée par le VIH

À Paris, le taux des découvertes de séropositivité, par million d’habitants est 7 fois supérieur à la moyenne métropolitaine hors Île-de-France. D'où l'importance d'une mobilisation sans faille. 

C'est en décembre 2014 que la Ville de Paris et ses partenaires ONUSIDA, UN-Habitat et IAPAC lancent l’initiative des villes pour mettre fin au sida d’ici 2030. 

Cette semaine du 9 septembre 2019, les 250 villes signataires de cette Déclaration de Paris sont à Londres pour évaluer et débattre des progrès accomplis en cinq ans. 

Si les bons résultats de 2018 sont encourageants, des défis demeurent reconnait la Mairie. "Les exemples étrangers et notamment ceux de Londres, Amsterdam ou San Francisco montrent qu'il est possible d'aller plus loin", précise-t-elle dans son communiqué.

Choix de la station

France Bleu