Santé – Sciences

Virus du Sida : se protéger n'est toujours pas un réflexe

Par Tanguy Bocconi, France Bleu Saint-Étienne Loire jeudi 23 mars 2017 à 23:43

Le 23eme Sidaction du vendredi 24 au dimanche 27 avril, trois jours pour aider la lutte contre le virus du VIH
Le 23eme Sidaction du vendredi 24 au dimanche 27 avril, trois jours pour aider la lutte contre le virus du VIH © Maxppp - Jean-François FREY

Le 23eme Sidaction débute ce vendredi: trois jours de campagne de dons et de sensibilisation pour lutter contre la propagation du virus. En France,153.000 personnes sont séropositives, et le Sida contamine encore 6000 personnes de plus chaque année. Dans la Loire, prés de 800 malades sont concernés.

Si les régions les plus touchées par l'épidémie sont l'île de France et la région PACA, notre département de la Loire se classe proportionnellement dans la moyenne nationale: prés de 750 malades sont soignés au CHU de St Étienne et une cinquantaine à l'hôpital de Roanne. Des chiffres qui demeurent stables dans la durée et ne diminuent plus depuis de longues années....Il faut dire que malgré tout le travail de prévention , certains ont encore des comportements à risques et ne se protègent pas toujours, si l'on en croit ces témoignages recueillis dans les rues de St Étienne:

Comportements à risque et virus du Sida: le témoignage de Stéphanois

"J'avoue qu'il y a des fois où je ne me suis pas protégé, mais le lendemain je l'ai vraiment regretté. Attendre le résultat du test de dépistage, ça n'est vraiment pas agréable " Yann , 22 ans

Heureusement, de nombreuses associations et structures se mobilisent au quotidien pour assurer l'accompagnement mais aussi la prévention de l'épidémie de VIH. Parmi elles, il y a le planning familial de St Étienne qui effectue chaque année 1000 tests de dépistage anonymes et gratuits auprès des jeunes de 17 à 25ans. Pour Cathy Navarro sa responsable, "il n'y a pas vraiment de différences entre les garçons et les filles dans les comportements à risques" et les jeunes seraient assez bien informés des facteurs de transmission du virus: " nous avons désormais beaucoup plus de recul sur l'épidémie de Sida, les jeunes savent très bien que le virus se transmet via un rapport sexuel et pas par la salive par exemple. Le plus souvent, ils ne font pas le test par peur mais pour être sûr de ne pas contaminer un partenaire avant de s'installer en couple. On est plus dans la phobie des années 90 mais, la conscience du dépistage reste la même."

Une méconnaissance grandissante des vecteurs de transmission du Sida ?

La dernière enquête commanditée par l'association Sidaction auprès de l'institut de sondages Ifop fait tout de même apparaître des résultats inquiétants: 16% des Français penseraient par exemple que le virus du sida peut être transmis en s'asseyant sur un siège de toilettes publiques, et 15% des personnes interrogées (27% chez les 15-24 ans) croient encore que le virus du sida peut être transmis en embrassant une personne séropositive ! Plus grave encore, seule une personne interrogée sur deux savait qu'il existe désormais un autotest de dépistage du sida vendu en pharmacie.

La 23e édition du Sidactio, qui se poursuit jusqu'à dimanche, sera donc une nouvelle occasion de lever des fonds pour la prévention et la recherche contre le sida. Pour donner à l'association, il faut appeler le 110 ou se rendre sur le site sidaction.org. L'an dernier, le Sidaction avait permis la collecte de 4,21 millions d'euros de promesses de dons.

  - Visactu
© Visactu

   - Visactu
© Visactu