Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Inquiétudes aux urgences de nuit de l'hôpital d'Epinal

-
Par , France Bleu Sud Lorraine
Épinal, France

Depuis le 1er février, le SMUR d'Epinal ne compte plus qu'un seul véhicule pour les interventions de nuit. Une situation provisoire selon le centre hospitalier, mais trop risquée selon les syndicats.

Le SMUR d'Epinal intervient sur les cas graves qui nécessitent un transport médicalisé
Le SMUR d'Epinal intervient sur les cas graves qui nécessitent un transport médicalisé © Maxppp - Maxppp

La décision avait déjà été annoncée en fin d'année. Depuis le 1er février, c'est acté : le SMUR d'Epinal, les ambulances médicalisées pour les cas très graves, ne fonctionne plus la nuit qu'avec un seul véhicule, au lieu de deux auparavant. En cause : un manque provisoire d'effectifs aux urgences de l'hôpital qui choisit donc de ne garder qu'une seule équipe au SMUR, au moins pour les trois prochains mois.

Problèmes de recrutement 

" S'il y a un accident de la circulation à Epinal et juste après un arrêt cardiaque à Golbey, on n'aura plus de véhicule" s'alarme Patrick Genay, de la CFDT de l'hôpital d'Epinal. "Certes les SMUR de Remiremont ou de Gérardmer peuvent intervenir mais le temps c'est la vie" ajoute Clovis Hilpipre, lui aussi de la CFDT.

Le CH d'Epinal répond que la situation est provisoire car deux nouveaux médecins arriveront le 1er mai. Le deuxième véhicule serait donc à nouveau opérationnel. Mais les syndicats sont sceptiques. "Cela fait des années que nous peinons à recruter des urgentistes et on n'avance pas" regrette Patricia Hacquart, de la CFDT. "On se demande si ce n'est pas plutôt une question d'économies". 

Les syndicats qui ont écrit au préfet des Vosges et aux élus pour les avertir de ce risque, sans réponse jusqu'à présent. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess