Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

VOTRE AVIS - Trouvez-vous normal que l'on puisse refuser de délivrer un médicament ?

dimanche 24 juillet 2016 à 17:55 Par Stéphane Parry, France Bleu Bourgogne

L'introduction éventuelle d'une clause de conscience divise les pharmaciens. Au début de l'année 2016, 3000 des 75 000 pharmaciens de France qui avaient répondu à la consultation ont déclaré qu'ils souhaitaient une clause de conscience. Elle donnerait le droit de refuser de délivrer un médicament.

L'introduction d'une clause de conscience divise les pharmaciens
L'introduction d'une clause de conscience divise les pharmaciens © Maxppp - Rémi Wafflat

Dijon, France

L'ordre des pharmaciens a décidé de suspendre la consultation de la profession sur l'éventuelle introduction d'une clause de conscience dans son code de déontologie. La ministre des Droits des Femmes, Laurence Rossignol, s'était étonnée de cette consultation affirmant que si elle n'était pas "suivie d'effet, elle ouvrirait clairement la possibilité pour des pharmaciens de refuser de délivrer la contraception d'urgence (pilule du lendemain), la pilule, le stérilet ou même le préservatif".  De son côté, la présidente du conseil national de l'Ordre des pharmaciens, Isabelle Adenot, a contesté toute volonté de remettre en cause l'accès à la contraception.

3000 pharmaciens disent oui à la clause de conscience

Les pharmaciens qui se disent favorable à la clause de conscience estiment qu'il faut laisser la liberté de choix aux pharmaciens. Pour rédiger le nouveau code de déontologie, le conseil national a interrogé les 75 000 pharmaciens de France. Sur les 3 000 pharmaciens qui ont répondu, 85 % veulent une clause de conscience. Très divisé sur la question, le conseil national a décidé de lancer une nouvelle consultation jusqu'au 31 août. Le conseil se réunira le 5 septembre pour prendre sa décision.

  • Trouvez-vous normal que l'on puisse refuser de délivrer des médicaments ? témoignez sur Facebook et Twitter et ce lundi à 8h15 en appelant le 03 80 42 15 15