Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Voulez-vous connaître votre taux de glyphosate ?

-
Par , France Bleu Isère

Des Isérois ont décidé de décliner localement la "campagne glyphosate" initiée dans l'Ariège et couplée à une plainte contre l'utilisation de l'herbicide. "Nous avons tous, disent-ils, du glyphosate dans le corps".

Une campagne nationale "citoyenne" lancée depuis l'Ariège est déclinée en Isère
Une campagne nationale "citoyenne" lancée depuis l'Ariège est déclinée en Isère © Maxppp -

Grenoble, France

La date reste à confirmer mais le 25 mai prochain - et sinon très bientôt - des dizaines de volontaires vont faire devant huissier à Saint-Marcellin (Isère), un prélèvement d'urine pour y mesurer la présence de molécules de glyphosate. L'analyse sera faite dans un laboratoire allemand, qui rendra les résultats à tout un chacun. Cette "Campagne glyphosate" lancée en 2018 dans l'Ariège vise à montrer l'importance de l'impact de l'herbicide et à nourrir une plainte contre son utilisation. L'initiative a trouvé des relais en région et en Isère auprès de l'association Grésivaudan sud écologie.

Christian Astori, qui fait partie de cette association, explique d'où vient l'idée : "il y a 3 ans il y avait des traces de glyphosate dans l'eau de Saint-Sauveur (Isère). En dessous des normes admissibles (0,1 nanogrammes/ml dans l'eau distribuée NDLR)  [...] mais moi le truc c'est que avant il n'y en avait pas!". L'initiative partie des Faucheurs volontaires du Sud-Ouest a été ensuite l'opportunité de lancer une campagne ici. "En Ariège, dit Christian Astori, un berger qui vit à la montagne, écolo, bio, tout ce qu'on veut, avait 33 fois la dose!! Ça lui a fait un choc."

Analyses d'urines... devant huissier

"Nous avons tous du glyphosate dans le corps , affirme Christian Astoria, nous faisons les analyses pour savoir à quel taux".  Avec ses complices il a lancé une adresse mail, campagneglypho38@posteo.net, à laquelle il faut demander un formulaire d'inscription. Attention le coût est à la charge des volontaires : 85 euros pour l'analyse et 50 euros de plus si l'on souhaite se joindre à la plainte de "Campagne glyphosate". Les prélèvements doivent être fait à jeun, tôt le matin et il faut accepter de se présenter en sous-vêtement devant un huissier qui attestera qu'il n'y a pas de trucage. La première séance en Isère le 25 mai n'attend plus, justement, qu'une confirmation d'huissier. Si la date devait changer les volontaires en seraient évidemment tenus informés.

Pour quelles conclusions?

Des résultats d'analyses du même style pratiquées en 2017 par l'ONG Générations futures avaient donné des résultats probant quant à la présence de molécule de glyphosate chez la très grande majorité des testés. Néanmoins plusieurs publications et articles scientifiques estiment  qu'il ne faut pas en tirer de conclusion hâtive quant à l'impact réel sur la santé, en fonction des taux.
Breveté par Monsanto en 1975 le glyphosate est tombé dans le domaine public depuis 2000 et peut donc aujourd'hui être fabriqué et vendu par toute entreprise qui le souhaite. Commercialisé initialement sous le nom de Roundup il a été (et reste) largement utilisé en agriculture mais aussi dans les cours et jardins des particuliers. En novembre 2017 son autorisation de mise sur le marché a été renouvelée pour 5 ans par l'Union européenne malgré les protestations des défenseurs de l'environnement.

Choix de la station

France Bleu