Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : comment fonctionne la brigade sanitaire dans les Landes ?

-
Par , France Bleu Gascogne

La brigade sanitaire se met en place dans les Landes. Il s’agit de ces équipes chargées de tracer les contacts des patients atteints de Covid-19 pour couper la chaîne de transmission du virus.

Illustration Coronavirus
Illustration Coronavirus © Maxppp - Arnaud Journois

Derrière le terme brigade sanitaire, il y a un dispositif à trois niveaux avec un objectif : stopper la propagation du virus en retrouvant toutes les personnes qui ont été en contact avec un malade du coronavirus sitôt le patient dépisté.

Les médecins généralistes pour identifier le patient Covid 

Depuis lundi 11 mai, tous les patients qui présentent des symptômes du Covid-19 doivent être dépistés sur prescription de leur médecin traitant. Si le test est positif, le médecin crée un dossier dans un logiciel spécifique, baptisé "contact covid".

En théorie, et s’il le peut, le praticien doit y inscrire les coordonnées des personnes de l’entourage familial du malade, avec son accord. Pour ce type de consultation, le médecin recevra un forfait de 55 euros

Il sera payé deux euros supplémentaires par contact, s’il indique les coordonnées de toutes les personnes qui ont côtoyé de près leur patient malade jusqu’à deux jours avant l’apparition des symptômes : la famille, les collègues et les amis.

Des agents de la CPAM pour remonter la chaine de contact

Les informations rentrées par les médecins généralistes sont transmises à une cellule dédiée de la caisse primaire d’assurance maladie : une plateforme téléphonique chargée d’appeler les cas contact. A la CPAM des Landes, 17 personnes ont été formées : des médecins en priorité puis des infirmiers et des agents administratifs qui peuvent intervenir en complément. 

"Avez-vous été en face à face avec le malade pendant plus de 15 minutes ? Portiez-vous un masque ? Si oui, quel type de masque ? Étiez-vous en plein air ou dans un espace confiné ? Faites-vous partie des personnes à risque , Présentez-vous des symptômes…" L’enquête comporte une trentaine de question qui permet de déterminer si le risque est négligeable ou réel. 

  • S’il est négligeable, il est demandé à la personne de porter un masque grand public et de s’auto-surveiller pendant deux semaines en prenant notamment sa température. 
  • Si le risque est avéré, la personne bénéficie d’un arrêt maladie. Elle doit faire un test de dépistage (7 jours après son contact avec le patient contaminé) etse confiner pendant 14 jours. Si le test est négatif, les mesures peuvent être allégées à partir du septième jour sur décision médicale.

Une équipe mobile pour intervenir en cas de cluster

Quand il y a un cluster ou des cas groupés : dans une école ou collectivité par exemple, une équipe mobile, pilotée par la délégation landaise de l’Ars, l’Agence régionale de santé, intervient in situ. 

Elle est composée de trois personnes : un médecin et un soignant des centres hospitaliers de Mont-de-Marsan, Dax et Saint-Sever ainsi que d’un personnel  administratif. EIles sont chargées de réaliserdes dépistages massifs et d'assurer le suivi.

Il  y a une douzaine d’équipe mobilisable dans les Landes soit près d’une quarantaine de personnes. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess