Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Le CHU de Toulouse veut étudier l'impact psychologique du confinement sur les adolescents

-
Par , France Bleu Occitanie, France Bleu

Le CHU de Toulouse en pointe dans le domaine de la recherche au niveau national lance une nouvelle étude en direction, cette fois, des 8-15 ans et de leurs parents pour analyser l'impact psychologique que le confinement a pu avoir sur eux. Tous les volontaires sont les bienvenus.

Le CHU de Toulouse lance une étude à destination des 8-15 ans pour analyser les effets psychologiques du confinement sur eux.
Le CHU de Toulouse lance une étude à destination des 8-15 ans pour analyser les effets psychologiques du confinement sur eux. © Maxppp - PHOTOPQR/L'ALSACE/MAXPPP

"Idéalement, cette étude doit être réalisée dans les 15 prochains jours", précise d'entrée le professeur Isabelle Claudet, pédiatre, cheffe du pôle enfants au CHU Purpan. C'est elle qui va chapeauter cette nouvelle étude lancée par le CHU Purpan à Toulouse, que l'on sait impliqué dans le domaine de la recherche, singulièrement depuis le début de la pandémie de coronavirus. Cette fois, les spécialistes s'intéressent aux conséquences psychologiques que le confinement peut avoir sur les enfants âgés de 8 à 15 ans et sur leurs parents, en lançant un grand appel à volontaires. "Il y a des études qui ont déjà été publiées sur des mises en quarantaine dans des situations de catastrophes météorologiques et qui avaient bien montré que les enfants avaient quatre fois plus de risques de développer des signes post-traumatiques dans ces conditions-là", explique le professeur Isabelle Claudet.

Un questionnaire téléphonique pour les familles volontaires

Avec la fermeture des écoles et plus généralement le confinement imposé à tous pendant huit semaines, les enfants ont vu leur routine habituelle, leurs activités et leurs relations sociales complètement modifiées. Ces conditions, souligne l'hôpital toulousain, peuvent amener les enfants à développer des symptômes de stress. 

C'est pourquoi le CHU lance l'étude E-COCCON pour déterminer si les enfants de la tranche d'âge 8-15 ans montrent ou pas des signes précurseurs de stress post-traumatique, en prévoyant de les interroger sur leur sommeil, leur alimentation, leur envie ou non de raconter ce qu'ils ont vécu pendant ces deux mois à la maison. C'est une étude qui s'inscrit dans la continuité de ce qui a déjà été fait chez les adultes et chez les parents des enfants de moins de 6 ans et qui ambitionne d'inclure entre 500 et 1.000 familles au moins afin que ce soit le plus représentatif possible de la population toulousaine et midi-pyrénéenne. Le questionnaire, précise la cheffe du pôle enfants à Purpan, a déjà été validé dans d'autres pays, à l'occasion d'autres types de catastrophes.

Les familles qui souhaitent participer peuvent appeler au 05 34 55 86 73 du lundi au vendredi.  L’étude leur sera proposée sous forme d’un questionnaire téléphonique d’une durée de 20 minutes environ, questionnaire à l'attention du ou des parent(s) et leur(s) enfant(s). Au-delà de l'étude, les familles qui obtiendraient des scores élevés en faveur de stress pourront, si elles le souhaitent, être orientées vers les professionnels adaptés pour une prise en charge.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess