Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : Météo France maintient 15 départements en vigilance rouge et 51 en orange
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : le CHU de Saint-Étienne en pointe dans la recherche contre la maladie

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire, France Bleu

Depuis plus d'une semaine maintenant, l'hôpital Nord de Saint-Étienne, dans la Loire, participe à un programme de recherche européen pour trouver une réponse au coronavirus.

Saint-Étienne participe à plusieurs essais contre le coronavirus.
Saint-Étienne participe à plusieurs essais contre le coronavirus. © Maxppp - Pierre Teyssot

Pour trouver une réponse à la crise du coronavirus, l'hôpital Nord de Saint-Étienne mène de front le soin et la recherche clinique en participant depuis le 23 mars dernier à Discovery, un programme de recherche européen lancé dans sept pays dont la France. Le projet, en partenariat avec l'OMS et l'Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale), est piloté par la professeure Florence Ader des Hospices civils de Lyon.

Au moins 800 patients en France

En France, au moins 800 patients se sont portés volontaires dans une vingtaine d'hôpitaux, dont le CHU de Saint-Étienne. L’objectif de ce programme est de tester l’efficacité de quatre traitements déjà connus sur le coronavirus appelé aussi Covid-19. Et il s'agit de ne pas perdre de temps. La professeure Élisabeth Botelho-Nevers est responsable du service Infectiologie du CHU de Saint-Étienne. Elle a expliqué à France Bleu Saint-Étienne Loire l'importance et le fonctionnement de cet essai clinique.

Comment le programme fonctionne?

"Pour chaque patient, le tirage au sort détermine lequel des quatre traitements lui est administré, ou pas de traitement spécifique. On compare ensuite les patients qui ont reçu les différents traitements. Nous avons reçu d'ailleurs du renfort de personnel de recherche clinique. Sur ces différents traitements, on possède déjà des données préliminaires mais elle ne sont pas suffisantes. C'est pourquoi cet essai est très attendu. Le fait d'avoir beaucoup de patients volontaires va nous permettre d'avoir une idée sur les médicament qui sont efficaces."

Qui sont les patients inclus dans l'essai?

"Quand on a un patient, on regarde s'il est éligible à un essai, Discovery ou Hycovid à Angers auquel le CHU participe aussi. Cela se fait avec son accord. Les inclusions vont vites. On tente d'inclure un maximum de patients, tout en respectant les règles de la recherche clinique bien sûr. Il faut savoir que la majorité des gens considère, qu'à l'heure de la crise sanitaire, pouvoir proposer des essais qui vont permettre d'aller vite dans la connaissance de meilleurs traitements c'est ce qu'il faut proposer. On n'est pas les seuls à le faire. De nombreux pays aussi."

L'hydroxychloroquine est testée

Depuis le début de l'épidémie, l'utilisation de la chloroquine et désormais de l'hydroxychloroquine est défendue par le professeur marseillais Didier Raoult. Dernièrement, il a assuré que "les choses se sont très bien passées" pour un millier de patients traités avec l'hydroxychloroquine. "Elle fait partie des quatre traitements testés, répond la professeure Élisabeth Botelho-Nevers à Saint-Étienne. Mais je ne crois pas q'il y ait aujourd'hui de médicament miracle. Je pense que parfois il ne faut pas donner de faux espoirs aux gens."

Les données sur l'hydroxychloroquine sont encourageantes, mais aussi controversées.

"Parmi les malades, on rencontre des profils différents. Personne ne peut dire encore quel traitement marche ou pas. Les données sur l'hydroxychloroquine sont encourageantes, elles sont aussi controversées. Il faut aller de l'avant pour trouver la meilleure prise en charge possible."

Des résultats espérés sous dix jours

Selon la professeure Élisabeth Botelho-Nevers, des résultats sont attendus d'ici une dizaine de jours. Il s'agit pour l'essai européen Discovery de trouver une réponse pour les 20% de malades les plus gravement touchés. Même si un médicament ne réglera pas tout, prévient l'infectiologue. "Il n'y aura certainement pas de médicament miracle. Ce n'est probablement pas une seule molécule qui guérira tous les malades mais plusieurs à différents stades de la maladie. Il faudra donc certainement plusieurs médicaments à différents stades de la maladie."

A LIRE - Un nouveau test sanguin après un essai concluant au CHU de Saint-Etienne

Choix de la station

À venir dansDanssecondess