Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Yonne : le succès de la pétition qui réclame l'allongement de la limite d'un kilomètre pour faire du sport

-
Par , France Bleu Auxerre

Alors qu'un "allègement des contraintes" du confinement sera annoncé mardi soir par Emmanuel Macron, il y a une mesure réclamée par tous : la fin de la limitation de déplacement à 1 km pour la pratique physique. Dans l'Yonne, une pétition pour dire stop à cette restriction cartonne.

Coach sportif à Auxerre (Yonne), Yohann Cabaj a lancé au début du deuxième confinement une pétition qui a déjà recueilli plus de 21 500 signatures pour dire "stop aux restrictions concernant la pratique sportive et le sport chez les enfants".
Coach sportif à Auxerre (Yonne), Yohann Cabaj a lancé au début du deuxième confinement une pétition qui a déjà recueilli plus de 21 500 signatures pour dire "stop aux restrictions concernant la pratique sportive et le sport chez les enfants". © Radio France - Nicolas Fillon

Que va bien déclarer Emmanuel Macron à l'issue de son allocution présidentielle ce mardi à 20 heures concernant un "allègement des contraintes" liées au confinement ? Difficile de le prédire avec exactitude. Si la réouverture des petits commerces "autour du 1er décembre" a déjà été confirmée par le Premier ministre, il y a une autre mesure, réclamée par tous : la fin de la limitation de déplacement à un kilomètre quand on veut sortir de chez soi pour prendre l'air et notamment faire son jogging ou son tour de vélo.

Yonne : carton pour la pétition qui réclame l'allongement de la limite des 1 km pour la pratique physique / Reportage : Nicolas Fillon

Justement, dans l'Yonne, une pétition a déjà recueilli plus de 21 500 signatures pour dire "stop aux restrictions concernant la pratique sportive et le sport chez les enfants". Elle a été lancée au début du deuxième confinement par Yohann Cabaj, coach sportif à Auxerre très présent sur Facebook via sa communauté, Pas à pas santé, qui distille des programmes d'entraînement et de remise en forme écrits et vidéos.

Également enseignant en activité physique adapté à l'hôpital de Joigny, Yohann Cabaj sait de quoi il parle. Et il est parti d'un constat simple : "La sédentarité entraîne des dommages très importants en termes de santé publique. Il est donc vraiment primordial d'avoir une pratique physique régulière tant chez les enfants que chez les adultes. Seulement, avec cette limitation de déplacement d'une heure pour un kilomètre, ça démotive beaucoup de gens pour se bouger. En hiver, les personnes qui travaillent toute la journée n'auront pas envie de sortir de chez eux le soir pour faire le tour de pâté de maison en marchant ou en courant."

La pétition réclame l'élargissement à cinq kilomètres pour la pratique sportive

Dans sa pétition, Yohann Cabaj, réclame l'augmentation "au minimum" à cinq kilomètres de la distance autorisée pour la pratique physique. Une question de santé publique pour le coach sportif. "Le problème qui se pose dans les villes avec la limitation à un kilomètre c'est que l'on va concentrer toute une population dans les mêmes endroits, les mêmes lieux, comme les parcs ou les jardins publics. Le confinement, qui a pour objectif d'éviter au maximum que les gens ne se croisent va avoir l'effet inverse" explique Yohann Cabaj.

L'Auxerrois réclame également le retour à une activité sportive extra-scolaire pour les enfants afin de "les aider à vivre au mieux cette période". Et éviter "la bombe sanitaire qui guette avec la sédentarisation des enfants qui aura des conséquences sanitaires très graves à moyen et long terme" comme le surpoids, l'obésité ou encore les troubles métaboliques.

Pour le coach sportif Yohann Cabaj, le retour à une activité physique au-delà de la limitation d'1 km est une question de santé publique / Interview : Nicolas Fillon

"Pour les personnes qui habitent en zone plus rurale, la limitation à un kilomètre va les obliger à rester au sein de leur village, alors qu'à quelques centaines de mètres de chez eux se trouvent des chemins et des forêts où ils ne croiseront personne" ajoute le coach sportif qui dit "ne pas comprendre en quoi passer à cinq kilomètres serait une menace pour la santé". Et conclut : "D'un côté, il faut lutter contre le Covid-19, mais de l'autre, il ne faudrait pas avoir des répercussions sur le moyen et le long terme quant à la santé des citoyens à cause de la sédentarité." 

Un kilomètre, entre "pas sérieux", "trop juste" et "entrave à notre liberté"

Une limitation à un kilomètre qui contrarie énormément les joggeurs rencontrés à Auxerre, dans le parc de l'Arbre sec, où ils sont nombreux à venir se défouler. Sarah par exemple, un kilomètre, c'est "mission impossible" pour pouvoir faire sa course ou marche à pied convenablement. "J'habite dans le quartier des Brichères, je cours le long de la coulée verte, et je ne peux pas faire autrement que de dépasser un kilomètre" avoue la jeune femme. "Un kilomètre, ce n'est pas pas sérieux, surtout pour ceux qui vivent autour des grandes villes. On a besoin de sortir, de s'aérer. Mais courir autour de son domicile, autour de son quartier, sur des routes goudronnées, ce n'est pas terrible."

Pour Jean-Yves, joggeur auxerrois, la limitation à 1 km de la pratique sportive est "une entrave à notre liberté" / Interview : Nicolas Fillon

Jean-Yves, un autre coureur, est du même avis. Pour lui, "un kilomètre, c'est trop juste, c'est même une entrave à notre liberté". Le quinquagénaire, adepte de vélo et qui habite le centre-ville d'Auxerre, s'est mis au footing, "45 minutes de course" dès qu'il sort. "Mon seul loisir après le travail", dit-il. "Mais faire seulement un kilomètre pour trouver des espaces verts, ce n'est pas évident. Vous me direz, il y a des parcs, mais j'aime bien courir dans les bois, comme à Branches. Mais ce n'est pas possible actuellement."

"Supprimer le rayon d'un kilomètre pour la pratique sportive, ce serait bien" - Sarah, Auxerroise et joggeuse

Jean-Yves pense qu'il dépasse la limitation à chaque fois qu'il court. Pour lui, ce n'est "pas possible autrement". "J'ai un portable sur moi mais je ne l'utilise pas quand je cours pour savoir si j'ai fait un kilomètre, 1,5 km. C'est complètement ridicule." Alors, qu'attendre des annonces d'Emmanuel Macron sur la question ? "Garder l'attestation, certes, mais supprimer le rayon d'un kilomètre pour la pratique sportive, ce serait bien" juge Sarah. "J'aimerais bien qu'il puisse y avoir un peu de compréhension par rapport aux sportifs", espère Jean-Yves. "Allez, pourquoi pas une limitation à  dix kilomètres ? Pas au-delà, mais avec dix kilomètres, on peut profiter de la nature. Il n'y a pas que le travail dans la vie. Il y a aussi les loisirs."

Vendredi déjà, 68 sénateurs de la droite et du centre avaient adressé un courrier au Premier ministre pour lui demander la reprise des sports individuels de plein air, mais aussi la suppression de la limitation de déplacement à un kilomètre pour l'exercice physique.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess