Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

11 novembre : Marcel Pinte, le plus jeune résistant de France honoré à Aixe-sur-Vienne

-
Par , France Bleu Limousin

La ville d'Aixe-sur-Vienne rend hommage à Marcel Pinte, le plus jeune résistant de France. Ce jeune garçon est décédé tragiquement à seulement six ans. Il a reçu une plaque "Mort pour la France" sur le monument aux morts d'Aixe-sur-Vienne grâce à ses descendants Alexandre Brémaud et Marc Pinte.

Carte de combattant de la résistance pour Marcel Pinte délivré par l'Etat à la famille en 2013.
Carte de combattant de la résistance pour Marcel Pinte délivré par l'Etat à la famille en 2013. - Alexandre Brémaud

L'histoire du "petit Marcel" était connue de tous dans la famille Pinte. Dans leur jeunesse, Alexandre Brémaud et Marc Pinte avaient entendu parler du destin tragique de ce jeune garçon. 

Reconnu résistant en 1951, la mémoire du jeune Marcel Pinte tombe peu à peu dans l'oubli. "La famille Pinte n'aimait pas trop faire parler d'elle. C'était des gens simples", décrit Alexandre Brémaud. 

Alexandre Brémaud a cherché des traces du petit Marcel pendant de longues années dans les archives militaires.
Alexandre Brémaud a cherché des traces du petit Marcel pendant de longues années dans les archives militaires. © Radio France - Thomas Vinclair

Les archives militaires parlent de l'engagement du petit Marcel

Pendant dix ans, ce passionné d'histoire de 28 ans employé à l'école Beaubeypart de Limoges épluche pendant son temps libre des milliers d'archives militaires et de renseignements sur la famille Pinte. Si les exploits du père sont détaillés, aucun document ne parle du jeune Quinquin. "Il y avait comme un voile sur la vie du petit Marcel." 

"Après avoir longtemps creusé", Alexandre Brémaud tombe sur une note d'un haut gradé de l'armée récapitulant les exploits et la fin tragique du petit Marcel dans les archives militaires à Vincennes. "Les témoignages des anciens rejoignent l'archive. À partir de ce jour, nous avons entamé des démarches administratives. Aujourd'hui, il a sa plaque Mort pour la France accrochée sur le monument aux morts d'Aixe-sur-Vienne." 

Un agent de liaison au destin tragique

Le petit Marcel Pinte a vécu dans le hameau de la Gaubertie, à quelques kilomètres d'Aixe-sur-Vienne. Son père, Eugène Pinte, est un ancien militaire qui au moment de la débâcle au début de la Seconde Guerre Mondiale quitte le Nord de la France avec sa famille pour s'installer en Haute-Vienne. 

Depuis ce hameau de la Gaubertie, ce militaire organise la résistance de l'ouest du département. A la fin de la guerre on compte des centaines d'hommes sous la direction d'Athos, son surnom dans le maquis.

Le patriarche, Eugène Pinte dit Athos, avant et pendant la seconde guerre mondiale.
Le patriarche, Eugène Pinte dit Athos, avant et pendant la seconde guerre mondiale. © Radio France - Thomas Vinclair

Toute la famille, femme et enfants, s'engagent aux côtés du père dans cette guerre. Même le plus jeune, Marcel, six ans, alias Quinquin. Un surnom du Nord pour cet enfant né à Valenciennes. 

Il est agent de liaison. Il distribue de nombreuses lettres et messages aux résistants des environs. "Avec son sac à dos d'écolier sur les épaules, il n'éveillait pas les soupçons", note Marc Pinte un de ses descendants. 

Mais la vie du petit Quinquin bascule le 19 août 1944, quelques jours après la bataille d'Aixe-sur-Vienne. Ce soir-là, les ondes de la BBC crache : « Le myosotis est ma fleur préférée ». C'était le signal d'un parachutage imminent de munitions, d'armes et d'équipement des forces alliées. À la Gobertie, on boucle le périmètre. Les maquisards sont armés après les affrontements avec les Allemands des derniers jours. Malheureusement, un de ces résistants enclenche involontairement sa Sten. La rafale de la mitraillette foudroie le jeune Marcel Pinte, six ans et quatre mois, qui assistait aux opérations.

Plus jeune résistant de France ?

Marcel Pinte peut-être considéré aujourd'hui comme le plus jeune résistant de France. Alexandre Brémaud réfute le superlatif. "Les archives nous montrent les exploits des hommes avec les sabotages par exemple. Mais il y avait aussi des petites mains essentielles dans la résistance. Des femmes et aussi des enfants dont on ne parle pas forcément dans les écrits mais qui ont eux aussi compté ."

À travers Marcel Pinte, Marc Pinte espère que d'autres familles pourront honorer leurs héros "On a oublié que pendant la guerre, dans ces familles de résistants, tout le monde participait à cet effort de guerre." Depuis que Marcel Pinte a été déclaré "mort pour la France", de nombreuses familles de résistants ont envoyé des documents sur les enfants ou femmes engagés entre 1939 et 1945 et parfois oubliés des livres d'histoire.

Marcel Pinte est désormais considéré comme "Mort pour la France" à seulement 6 ans
Marcel Pinte est désormais considéré comme "Mort pour la France" à seulement 6 ans © Radio France - Thomas Vinclair

En 2018, l’Office national des anciens combattants reconnaît le petit Marcel comme « Mort pour la France » en tant que membre actif de la Résistance intérieure française.

Ce mercredi 11 novembre, un hommage particulier est rendu à Marcel Pinte à Aixe-sur-Vienne, une cérémonie restreinte en raison de la crise sanitaire. Le 17 août 2021 le maire de la commune espère pouvoir organiser un plus grand événement à l'occasion de l'anniversaire de la libération de la ville.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess