Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

12 familles évacuées de leur immeuble à Villiers-sur-Marne : "le bailleur n'a jamais pris la mesure de l'urgence"

-
Par , France Bleu Paris

12 familles de Villiers-sur-Marne (Val-de-Marne) évacuées d'urgence de leur immeuble qui menaçait de s'effondrer vivent depuis une semaine dans un hôtel de Bry-sur-Marne. Elles dénoncent l'inaction du bailleur CPH, qui est resté sourd aux différentes alertes lancées depuis deux ans.

Les premières fissures sont apparues il y a deux ans
Les premières fissures sont apparues il y a deux ans © Radio France - Valentin Dunate

Villiers-sur-Marne, France

Depuis une semaine, les 12 familles du 11 rue Louise Adélaïde à Villiers-sur-Marne vivent dans un appart-hôtel de Bry-sur-Marne. Le maire a pris un "arrêté de péril imminent" le 6 septembre dernier après une alerte lancée par des experts mandatés par le bailleur CPH "Coopérer pour habiter" du groupe "Antin Résidences". En 48h, ces habitants ont du quitter leurs appartements. Valérie 37 ans, maman célibataire d'une fille de 4 ans venait d'arriver dans cet immeuble."Ça fait à peine un an que je suis dans cet immeuble. J'ai signé le bail le 4 septembre 2018 après 3 ans d'attente pour un logement social. Peu avant de signer le bail, je disais au gardien : elles craignent ces fissures, ça me rassure pas du tout. On m'avait répondu : ne t'inquiètes pas, c'est le sous bassement de l'immeuble qui travaille. Donc en fait, j'ai la haine d'avoir été placé dans cet appartement pour que un an et deux jours après je sois expulsé avec ma fille de 4 ans".   

L'immeuble sous le coup d'un arrêté de péril imminent depuis le 06.09 - Radio France
L'immeuble sous le coup d'un arrêté de péril imminent depuis le 06.09 © Radio France - VD

En effet, les habitants ont commencé à remarquer les premières fissures il y a deux ans "fin 2017, début 2018 : il y avait des fissures sur le côté des portes, puis le contour, puis vers la cave" explique Monique, 52 ans. Ce problème est signalé à plusieurs reprises au bailleur qui selon les habitants "n'a jamais pris la mesure de l'urgence". Une pétition est donc lancée et en novembre dernier, le bailleur mandate un bureau d'expert qui rend son rapport en février. Ce rapport conclu qu'il n'y a "pas de danger structurel immédiat". Des étais sont posés à l'entrée de l'immeuble et dans les caves. "Puis, plus rien". Des travaux devaient être engagés au mois de juillet pour plusieurs mois. Les travaux n'ont pas été engagés mais des capteurs ont été installés et les fissures ont évoluées plus vit que prévu.   

Le bâtiment est en train de s'affaisser"

Steeve, l'un de ces habitants explique : "Déjà, il faut savoir que ce bâtiment construit dans les années 60 est sur un sol argileux et cet été, il a plu l'équivalent de six mois en deux jours, puis il y a eu la canicule. L'eau s'est évaporée et la terre s'est tassée. Maintenant sous le bâtiment, il y a une cavité et le bâtiment est en train de s'affaisser". Le 23 août, les experts mandatés par le bailleur ont donc préconisés l'évacuation avant que le maire de Villiers-sur-Marne ne prenne l'arrêté de péril imminent. "Ils l'ont bien vu que ça se fissurait de tous les côtés. Ils n'ont rien fait pendant deux ans" explique Monique. "Il y a même eu un ravalement de façade et il y a à peine deux mois, il y a eu un ravalement à l'intérieur de l'immeuble. On leur a dit : c'est pour cacher la misère ? c'est pour ne pas que l'on voit les fissures ? Ils m'ont répondu que c'était dans le budget ! Je se suis dépité de tout ça, fatigué et en colère".  

Ces habitants espèrent désormais trouver un logement temporaire qui correspondent aux particularité des différentes familles, en attendant, peut-être, de rentrer chez eux après des travaux qui devraient durer plus de 8 mois.

Choix de la station

France Bleu