Société

12e jour de pollution à Grenoble : le problème du chauffage au bois

Par Laurent Gallien, France Bleu Isère vendredi 16 décembre 2016 à 19:05

 Faire un feu dans une cheminée à foyer ouvert est proscrit
Faire un feu dans une cheminée à foyer ouvert est proscrit © Maxppp -

Alors que le Métropole grenobloise vit ce samedi son 12e jour consécutif de pic de pollution, avec reconduite des restrictions de circulation et mesure de gratuité des transports en commun, coup de projecteur sur une source non négligeable de particules fines : les chauffages au bois!

Depuis 12 jour à Grenoble, et encore plus depuis que les restrictions de circulations ont été mises en place il a beaucoup été question des voitures mais elles sont loin d'être les seules concernées par les mesures. Ainsi la Préfecture de l'Isère précise : "Interdiction des foyers ouverts d’appoint et les appareils d’appoint de combustion non performants de type inserts, poêles, chaudières installés avant 2000". On ne le sait pas assez mais selon le vice-président à l'environnement et à l'air de la Métropole Grenobloise, Jérôme Dutroncy, "lors des pic de pollution hivernaux les cheminées à foyers ouverts et les vieux inserts et poêles à bois représentent 3/4 des émissions de particules fines". C'est ce qui a d'ailleurs poussé la Métro à mettre en place depuis 2015 une prime spéciale. "On estime à 15 000 le nombre d'appareils de chauffages au bois datant d'avant 2002 dans la métropole" explique l'élu, "notre objectif est de parvenir à en faire changer 5 000 d'ici la fin du mandat". Mais force est de reconnaître que la greffe a du mal à prendre puisque "notre objectif pour 2016 était de 700 dossiers traités et nous en avons fait 400..." explique Jérôme Dutroncy.
La prime de la Métro s'élève à 800 euros et peut monter à 1 200 euros selon les revenus. Elle est cumulable avec le crédit d'impôt "énergétique" du gouvernement.

Les chauffages au bois source non négligeable de pollution aux particules fines

Rendre une cheminée ouverte aussi performante que si elle était fermée

L'autre idée pour diminuer notre pollution issue de la combustion de bois c'est celle de la jeune société Finoptim, créée en 2013, basée dans la Métropole Grenobloise. Elle a inventé un appareil qui, placé dans la cheminée à foyer ouvert, permet de diminuer drastiquement ses émissions, par le principe de post-combustion. "Une cheminée classique on va dire que c'est entre 500 et 1 000 mg de poussière par m3" explique le président et co-fondateur de Finoptim Baptiste Ploquin, "et avec notre appareil c'est 70 mg de poussière et de la même façon nous on arrive à 0,15% de monoxyde de carbone quand un appareil (insert ou poêle) performant va être entre 0,10 et 0,3%. Donc en fait on est en plein dedans et on atteint les performances équivalentes à un appareil fermé qui est éligible au crédit d'impôt". L' appareil Finoptim (environ 2 500 euros pièce) vise surtout celles et ceux qui utilisent plus une cheminée pour l'ambiance qu'elle procure que pour la chaleur et qui pour cette raison souhaitent garder une cheminée "ouverte". Tout en diminuant leurs rejets polluants donc par la même occasion. La société a dors et déja vendu 400 de ses appareils et pense en vendre autant sur la seule année 2017. Elle a aussi développé un modèle complet de cheminée.

Baptiste Ploquin, Président de Finoptim