Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

137 requêtes d'hébergement d'urgence examinées par le tribunal administratif de Grenoble

lundi 26 novembre 2018 à 17:04 Par Véronique Pueyo, France Bleu Isère

Audience hors norme cet après-midi devant le tribunal administratif de Grenoble. La juge a examiné 135 requêtes déposées par 108 personnes en demande de logement d'urgence. Leur dossier avait été rejeté par la commission de médiation de l’Isère.

Des militants de plusieurs associations sont venus soutenir les familles en demande de logement d'urgence
Des militants de plusieurs associations sont venus soutenir les familles en demande de logement d'urgence © Radio France - Véronique Pueyo

Grenoble

Audience hors norme cet après-midi devant le tribunal administratif de Grenoble.  Dans la petite salle d'audience, il y avait des requérants et des militants venus les soutenir., comme Samuel de l'association Inter-Peuples : "L'Etat n'applique pas la loi qu'il a fait voter et de pauvres gens se retrouvent à la rue avec leurs enfants. C'est une honte! "

Il y avait aussi quelques enfants, comme Dzejla. Cette jeune fille bosniaque de 14 ans, scolarisée en 3ème, vit depuis quatre ans, dans un studio à Grenoble, avec toute sa famille. Des conditions de vie très précaires pour Dzejla qui rêve d'avoir un vrai appartement et de devenir policière : "Je suis angoissée pour notre famille" explique la jeune fille qui a appris le français en quelques mois, à son arrivée en France. "J'aide mes parents qui ne parlent pas français dans leurs démarches. Je veux rester en France, je voudrais avoir une chambre à moi pour faire mes devoirs. je voudrais qu'on ait des papiers. On ne veut pas retourner en Bosnie car mon père a été menacé."

La salle d'audience était trop petite pour accueillir requérants et militants du droit au logement - Radio France
La salle d'audience était trop petite pour accueillir requérants et militants du droit au logement © Radio France - Véronique Pueyo

La juge a examiné 135 requêtes déposées par 108 personnes en demande de logement. Leur dossier avait été rejeté par la commission de médiation de l’Isère, au motif, le plus souvent, qu'elles étaient en situation irrégulière en France ou parce que leur dossier n'était pas complet. Du coup, le préfet n'avait plus obligation de leur trouver un hébergement, en urgence. 

Maître Costa a apporté à l'audience ses 137 dossiers dans plusieurs valises et les a disposés à la barre - Radio France
Maître Costa a apporté à l'audience ses 137 dossiers dans plusieurs valises et les a disposés à la barre © Radio France - Véronique Pueyo

Pour leur avocat, Maître Alban Costa, la commission de l’Isère use de motifs fallacieux pour justifier ses refus. "La commission de médiation de l’Isère qui les examine en premier les rejette à 90 %" s'indigne Maître Costa. "L’Isère est le département qui en rejette le plus, au niveau national. c'est paradoxal,  alors que la préfecture prétend avoir comme objectif : zéro personne dans la rue... "

La représentante de la préfecture explique, elle, que la commission priorise les dossiers, dans le respect de la loi. Le tribunal administratif a mis sa décision en délibéré. Dans la salle, pas sûr que les requérants aient vraiment compris ce qui se disait. Eux, ils voudraient juste un toit pour passer l'hiver et élever leurs enfants dignement.