Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

138 euros de plus pour aider les familles à faire garder leurs enfants: qu'en pensent les Côtes-d'Oriens ?

mardi 26 septembre 2017 à 19:01 Par Thomas Nougaillon, France Bleu Bourgogne

Agnès Buzyn, ministre de la santé a annoncé ce mardi une augmentation de 138 euros de l'aide versée chaque mois aux familles les plus pauvres pour faire garder leurs enfants. A Dijon, cette annonce est diversement appréciée.

Une mirco-crèche
Une mirco-crèche © Radio France - Jérôme Edant

21000 Dijon, France

Selon la ministre cela correspond à une hausse de 30% de cette allocation de garde d'enfant. Le but: venir en aide aux familles en grande difficulté. Des familles qui ont du mal notamment à accéder aux crèches "et de ce fait parfois aussi, au travail". Edwige, 34 ans, est maman d'une petite fille de 14 mois. Cette aide à domicile Dijonnaise vit seule. La journée, quant elle travaille, elle confie sa fille à une assistante maternelle. Une fois retirées les aides de la CAF, elle verse 150 euros par mois de sa poche. Pour elle l'annonce d'Agnès Buzyn est une bouffée d'air frais. "Cela peut être intéressant, parce que ça peut aider les mères seules, les mères isolées qui ont des difficultés, cela peut leur permettre de retrouver du travail, c'est une bonne idée".

Edwige, maman d'une petite fille de 14 mois

La ministre de la Santé Agnès Buzyn - AFP
La ministre de la Santé Agnès Buzyn © AFP - Julien Mattia

Ces mères isolées voient cette annonce d'un bon oeil

Toujours à Dijon, Émilie, est maman de deux enfants de 10 ans et demi et 2 ans et demi. Elle a pas mal galéré à une époque de sa vie. Elle aussi voit cette mesure d'un bon oeil, même si elle se pose des questions. "J'ai élevé mon enfant toute seule, de 9 mois à l'âge de 4 ans, cette aide m'aurait bien aidé pour payer les frais de garde à la crèche. A l'époque je travaillais à mi-temps, pour que je garde mon argent, c'est mon frère qui payait la garde de mes enfants". Cette aide, Émilie, trouve ça "bien pour les frais de garde mais il faudrait voir jusqu'à quel âge les enfants y ont droit".

Émilie, aurait bien aimé avoir droit à cette aide elle aussi, à une époque la vie était un peu galère pour cette maman

L'UDAF de Côte-d'Or -elle- a un avis nuancé sur cette mesure

De son côté, François Guillaume, président de l'Union Départementale des Associations Familiales de Côte-d'Or (UDAF 21) est plus nuancé.Certes son union voit ses aides d'un bon oeil mais "l'allocation en solutionnera pas certains problèmes comme les problèmes de places en crèches" alors que selon lui "la politique familiale en France a du plomb dans l'aile". Surtout après certaines annonces du gouvernement dit François Guillaume "qui a donné un coup de rabot sur les allocations logements ou sur l'APL".

François Guillaume, président de l'Union Départementale des Associations Familiales de Côte-d'Or

Une revalorisation effective dès 2018

Selon la ministre cette mesure entrera en vigueur dans un an, le 1er octobre 2018. Et d'autres aides sont prévues comme le "dégel" des "primes de naissance et d’adoption" qui seront désormais adossées à l’inflation ou l'allocation de soutien familial qui va être revalorisée.

C'est le "complément du libre choix de mode de garde" qui est concerné par cette revalorisation gouvernementale. Une aide versée par les Caisses d’allocations familiales (CAF) pour les enfants de moins de 6 ans. Mais attention tout le monde n'aura pas droit à cette aide: les revenus annuels pour un parent isolé -par exemple- doivent être inférieur à 32 800 euros pour deux enfants dont un de moins 3 ans.