Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

14 juillet : un contre-défilé en opposition au gouvernement à Clermont-Ferrand

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne

Une façon pour eux de se réapproprier le symbole du 14 juillet et redire leur opposition au gouvernement : gilets jaunes, syndicats, mouvements féministes ou encore défenseurs des chômeurs ou des sans-papiers ont défilé ensemble pour "mettre en avant les invisibles".

Gilets jaunes, syndicats, ou encore associations de défense des sans-papier ou des demandeurs d'emploi ont défilé ensemble pour ce 14 juillet.
Gilets jaunes, syndicats, ou encore associations de défense des sans-papier ou des demandeurs d'emploi ont défilé ensemble pour ce 14 juillet. © Radio France - Juliette Micheneau

"Ce défilé est un pied-de-nez au défilé officiel", commence une manifestante au mégaphone. "C'est le défilé des sans culotte, des sans emploi, des sans masque, des sans retraite, des sans abri, des sans droit, sans justice, sans voix..." La liste s'égrène, représentative de chaque manifestant présent, simple citoyen mais aussi membre de syndicats comme l'Unef ou Solidaires, d'associations comme Chom'actif, RESF ou Queer Auvergne.

"Aujourd'hui, c'est à nous de promouvoir le bonnet phrygien, mais en jaune", clame Chantal, membre des gilets jaunes. "Le 14 juillet il est à nous !"

Les gilets jaunes ont fait le choix de se réapproprier le bonnet phrygien pour ce 14 juillet.
Les gilets jaunes ont fait le choix de se réapproprier le bonnet phrygien pour ce 14 juillet. © Radio France - Juliette Micheneau

Le discours se poursuit dans le mégaphone. "Nous refusons que cette journée qui célèbre la révolution française soit confisquée par le Président Macron. Nous ne sommes pas dupes de ses gesticulations, de ses grands discours et remise de médaille alors qu'il persiste avec son nouveau gouvernement à vouloir s'attaquer aux protections sociales et à affaiblir le service public et notamment celui de la santé."

Sylvie est justement infirmière, venue défendre "l'hôpital, les soignants, le service public surtout". En tenue de travailleuse, combinaison bleue et bandeau rouge dans les cheveux, elle chante avec le collectif Les grandes gagnantes sur l'air de "A cause des garçons", devenu "Premières de corvée, on dit : stop, terminé !"

Marie-Christine, elle, milite dans plusieurs associations dont Alternatiba, pour l'environnement. "Je suis venue en tenue de paysanne, de femme du peuple des années 1800. La révolution, elle est loin d'avoir tout réglé, on a encore plein de combats à conduire, pour les bas salaires, les conditions de vie et de travail... et puis prendre le virage écologique parce que c'est vraiment capital et absolument urgent !"

Marie-Christine, qui estime qu'il y a encore beaucoup de combats à mener et des mesures à prendre de toute urgence pour l'écologie.
Marie-Christine, qui estime qu'il y a encore beaucoup de combats à mener et des mesures à prendre de toute urgence pour l'écologie. © Radio France - Juliette Micheneau

Le cortège a défilé du jardin Lecoq jusqu'à l'ancienne place de la poterne, récemment rebaptisée place Olympe de Gouges, du nom d'une pionnière du féminisme français, guillotinée en 1793. 

De nombreux manifestants ont repris les symboles de la Révolution.
De nombreux manifestants ont repris les symboles de la Révolution. © Radio France - Juliette Micheneau
Choix de la station

À venir dansDanssecondess