Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

24 réfugiés attendus ce lundi soir en Charente-Maritime

lundi 7 mars 2016 à 12:00 Par Romain Asselin, France Bleu La Rochelle

152 réfugiés ayant transité par la Grèce ont atterri sur le sol français ce lundi. Selon nos informations, 14 d'entre eux, dont quatre enfants, prennent la direction d'Etaules en Charente-Maritime. Dix s'arrêteront à Saint-Xandre.

Des milliers de migrants sont bloqués à la frontiere grecque
Des milliers de migrants sont bloqués à la frontiere grecque © Maxppp -

Charente-Maritime, France

La commune d'Etaules, entre Royan et Marennes, se tient prête depuis septembre dernier. Après plusieurs arrivées avortées, c'est enfin le jour J pour la maison familiale "La Granderie". Gérée par la fondation protestante Diaconesses de Reuilly, elle accueille ce lundi soir, dans ses locaux, 14 réfugiés : deux familles et plusieurs personnes seules, arrivées en tout début de matinée en France, en provenance de Grèce.

La commune de Saint-Xandre, près de la Rochelle, a aussi obtenu le feu vert du Ministère de l'Intérieur pour héberger 10 autres personnes, deux couples et six hommes, au sein de l'Aubrecay. Une maison mise à disposition à la fondation par l’Entraide Protestante de La Rochelle.

Parmi ces 24 refugiés relocalisés, la fondation recense neuf Syriens, neuf Irakiens et six Erythréens. Tous en situation d'urgence humanitaire.

Une procédure de demande d'asile

Pris en charge par les services de la Croix-Rouge, du Samu et de l'ARS-Île-de-France, ces réfugiés sont donc en partance pour la Charente-Maritime. "Leur bus est attendu dans la soirée, précise le Maire d'Etaules Vincent Barraud. Ils sont là pour mettre à jour tous leurs papiers, de façon à pouvoir ensuite se déplacer en France en toute légalité ou le cas échéant, si la situation dans leur pays d'origine se calme, rentrer chez eux."

Victimes de tortures et de violences, tous ont déjà déposé une demande de droit d'asile et devraient obtenir un titre de séjour et le statut de réfugiés "dans les quatre prochains mois", explique Audrey Milcendeau, chargée de mission au sein de la Fondation Diaconnesses de Reuilly. Leur situation est étudiée par l'OFPRA, l'Office français de protection des réfugiés et apatrides. En attendant, les 24 réfugiés seront accompagnés par une cinquantaine de bénévoles sur les deux sites. Des cours de français sont d'ores et déjà programmés.

Il faut leur permettre de se reposer et de retrouver un peu d'intimité. Ils sont épuisés et affamés"

Mais l'urgence de la situation repose sur l'apport de nourritures et de vêtements, ainsi que la mise à disposition de logements confortables. Les locaux de la Granderie, une ancienne maison de vacances aujourd'hui fermée au public, viennent d'ailleurs d'être réhabilités. Les travaux sont terminés depuis vendredi dernier.

L'accueil de réfugiés ? "une tradition ici", répond le Maire d'Etaules

Vers une scolarisation des enfants ? 

Leur séjour pourrait durer "plusieurs semaines à plusieurs mois", selon Vincent Barraud qui a entamé des démarches pour scolariser les enfants âgés de 3 à 10 ans, "si leur état le permet". Quatre pourraient être accueillis à l'école primaire d'Etaules, malgré la barrière de la langue. L'aîné pourrait rejoindre le collège de la Tremblade.