Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

15 accidents depuis début juillet sur l'autoroute A81 en Mayenne

-
Par , France Bleu Mayenne

Beaucoup d'accidents constatés sur l'A81 depuis début juillet par la gendarmerie en Mayenne. En cause : la somnolence au volant.

Souvent en cause : la somnolence au volant.
Souvent en cause : la somnolence au volant. © Radio France - Germain Treille

15 accidents sur l'autoroute A81 en Mayenne depuis le début du mois de juillet. Cela représente presque un accident par jour. Un chiffre élevé alors que ces accidents pourraient être évités. Le capitaine Jean-Luc Prieur, sécurité routière de la gendarmerie de la Mayenne, le rappelle "il faut prévoir _des pauses toutes les deux heures_." D'autant plus sur l'autoroute où les trajets sont plus "monotones" que sur le reste du réseau routier et où il est donc plus facile de s'endormir. 

Des accidents qui ont souvent lieu à deux heures de Paris

Plusieurs accidents se sont passés à environ deux heures de Paris, au moment donc où les conducteurs venus de la capitale commencent à fatiguer. Les weekends de départs en vacances chargés sur les routes augmentent également le risque d'accidents. 

Sur l'aire de Saint-Denis-d'Orques, entre la Sarthe et la Mayenne, zone où ces accidents ont eu lieu, les conducteurs venus d'Ile-de-France semblent prudents. François l'affirme il ne "roule pas vite, respecte les distance et s'arrête régulièrement". D'autres sont plusieurs à conduire et se passent le relais, c'est le cas de Patrice et Laurence, "j'ai conduit deux heures et là on change," explique Patrice. 

Pour le capitaine Prieur, rien ne vaut un vrai repos avant le départ. Il rappelle qu'une nuit de seulement 5 heures de sommeil, "c'est trois fois plus de risques d'avoir un accident." Les départs au milieu de la nuit pour éviter les embouteillages sont donc à proscrire d'après le capitaine de gendarmerie qui a dû se rendre sur des accidents survenus au petit matin, faute de sommeil. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess