Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

15 ans après la création des voisins vigilants, le bilan dans le Nord Pas de Calais

jeudi 2 novembre 2017 à 5:17 Par Stéphane Barbereau, France Bleu Nord

Le dispositif de vigilance citoyenne a été créé en 2002. Il est arrivé tard dans la région, en 2012 seulement mais ce réseau se développe très rapidement depuis avec toujours les critiques sur les risques de dérives délaitaires.

Le Nord Pas de Calais compte 1 300 "communautés" de voisins vigilants
Le Nord Pas de Calais compte 1 300 "communautés" de voisins vigilants © Maxppp - Photo PQR/Voix du Nord

Lille, France

C'est un réseau qui a été crée à l'origine pour lutter contre les cambriolages notamment. Aujourd'hui, c'est une lutte plus globale contre l'insécurité dans sa commune, son quartier, son hameau qui est dévolue à ces habitants volontaires. A l'occasion ce ce 15ème anniversaire, le dispositif change de nom et devient "voisins vigilants et solidaires".

1ère communauté en Nord Pas de Calais créée en 2012

Dans notre région, le réseau a mis du temps à s'installer. La première communauté a été créée seulement en 2012 à Ostricourt, dan le Douaisis. 5 ans plus tard, leur nombre a explosé : Mais en 5 ans, leur nombre a explosé : plus de 1300 communautés aujourd'hui rien que dans le département du Nord, soit 23 000 foyers. Et cela s'accélère encore avec une hausse de 50% des inscriptions ces 12 derniers mois.

Vigilance ou délation ?

Au moment de sa création, le réseau Voisins vigilants avait suscité des réserves. Certains pointant du doigt des risques dérives ressemblant plus à de la délation qu'à de l'information. Mais il suffit d'un peu de bons sens pour éviter cela selon Vincent, l'un des 9 membres de la communauté d'Auchy les Orchies, dans la Pévèle, créée il y a près de 4 ans :

Quelqu'un qui s comporterait en cowboy, gendarme, milice, il sort du dispositif.

Cet habitant reconnaît qu'il n'est pas évident au début de faire remonter des informations à la gendarmerie : "la première fois, cela fait un petit peu délation ou "collabo" pour reprendre les vieux termes. Mais il faut faire la part des choses, précuise Vincent. On ne sort pas avec un carnet, un stylo, un appareil photo. Si on remarque quelque chose d'anormal dans nos déplacements quotidiens, on peut le signaler". Pour cet habitant, le dispositif permet aussi de prévenir tout délit :

Le but affiché, c'est de changer la peur de côté et remettre les cambrioleurs à leur place

Les exemples sont nombreux de méfaits qui ont pu être évités, grâce aux alertes envoyées aux gendarmes par les voisins vigilants. Récemment, près d'Orchies, un artisan avait repéré un homme faisant des aller-retours sur son chantier et qui s'est avéré être recherché depuis 2 jours. Il y a également ces cambrioleurs interpellés après un signalement de rôdeurs distribuant de faux tracts dans les boites aux lettres. Au total, depuis le début de l'année, 2 500 alertes ont été envoyés aux gendarmes du Nord par le réseau Voisin Vigilants.