Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

15 août 1944 : le dernier grand convoi de déportés franciliens quitte Pantin

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Paris, France Bleu

À quelques jours de la Libération de Paris et à quelques kilomètres de la capitale, le dernier grand convoi de déportés d’Île-de-France quittait Pantin avec à bord 2 200 femmes et hommes, essentiellement des résistants.

Le Quai aux Bestiaux de Pantin en Seine-Saint-Denis
Le Quai aux Bestiaux de Pantin en Seine-Saint-Denis © Maxppp - Maxppp

Pantin, France

C'est un épisode et un lieu encore méconnus pour beaucoup de Franciliens. Le 15 août 1944, le dernier grand convoi de déportés de la région parisienne, quittait le Quai aux Bestiaux à la gare de Pantin (Seine-Saint-Denis) en direction des camps de Buchenwald et de Ravensbrück en Allemagne. 

800 déportés ne sont jamais revenus

Sur les 2 200 déportés, 800 ne sont jamais revenus. Il s'agissait principalement de résistants extraits de leur prison (la centrale de Fresnes, la prison du Cherche-Midi, le Fort de Romainville) par les Allemands, quelques jours avant la Libération de Paris lors de la  Seconde Guerre mondiale. Pour honorer leur mémoire, la ville de Pantin rend chaque année un hommage. C'était le cas encore ce mercredi. La mairie envisage de créer un lieu de mémoire sur place avec le soutien de la SNCF. 

Hommage aux derniers déportés franciliens

Une initiative saluée par Antonio Iglesias Diestre. Avec sa compagnie de La Pierre Noire, il réalise un travail de mémoire autour de cet épisode encore peu connu des Franciliens. "Il est important que ça devienne un lieu de mémoire pour la résistance et pas seulement un simple quai, un rail perdu au milieu de nulle part". Parmi ces 2 200 personnes déportés, "il y a eu onze compagnons de la Libération" rappelle-t-il.

Le panneau devant l'entrée du Quai aux Bestiaux à Pantin en Seine-Saint-Denis  - Maxppp
Le panneau devant l'entrée du Quai aux Bestiaux à Pantin en Seine-Saint-Denis © Maxppp - Maxppp

"Un lieu encore méconnu" - Antonio Iglesias Diestre, La compagnie de La Pierre Noire