Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

VIDÉOS - La République "n'admet aucune aventure séparatiste", déclare Emmanuel Macron

-
Par , France Bleu

Emmanuel Macron s'est adressé aux Français depuis le Panthéon à Paris ce jeudi 4 septembre à l'occasion des 150 ans de la IIIe République. L'occasion pour le chef de l'Etat de réaffirmer sa volonté de lutter contre les séparatismes.

Emmanuel Macron à l'Elysée le 23 juillet 2020.
Emmanuel Macron à l'Elysée le 23 juillet 2020. © Maxppp - Julien Mattia / Le Pictorium

Le 4 septembre 1870, Léon Gambetta proclamait la IIIe République à Paris. Une date célébrée ce jeudi au Panthéon par le chef de l'Etat Emmanuel Macron qui a notamment confirmé la présentation d'un projet de loi de "lutte contre les séparatismes" pour cet automne et affiché son soutien aux forces de l'ordre. Le président de la République a ensuite rendu hommage à onze figures emblématiques représentatives des valeurs de la République et présidé une cérémonie de naturalisation.

La République "n'admet aucune aventure séparatiste"

La République est "toujours à protéger" car elle est "fragile et "précaire", et qu'elle "n'admet aucune aventure séparatiste", "parce qu'elle est indivisible" a déclaré le président de la République avant de confirmer qu'un projet de loi de "lutte contre les séparatismes" sera présenté "cet automne".

"Il n'y aura jamais de place en France pour ceux qui, souvent au nom d'un Dieu, parfois avec l'aide de puissances étrangères, entendent imposer la loi d'un groupe", a-t-il insisté, célébrant le "droit au blasphème" alors que le procès des attentats de janvier 2015 s'est ouvert lundi.

Promouvoir "l'égalité des chances" et lutter contre les discriminations

Emmanuel Macron a également promis d'aller "plus loin, plus fort, dans les semaines qui viennent" pour promouvoir "l'égalité des chances" qui est "une priorité du quinquennat". 

"Chaque citoyen, quel que soit le lieu où il vit, le milieu d'où il vient, doit pouvoir construire sa vie par son travail, par son mérite. Nous sommes encore loin, trop loin de cet idéal", a reconnu le président.

Soutien aux forces de l'ordre

Alors que l'actualité récente a été rythmée par une série d'agressions violentes, Emmanuel Macron a affiché son soutien aux forces de l'ordre. Les agresseurs de policiers, gendarmes, élus ou magistrats "ne passeront pas" et "doivent être lourdement condamnés", a martelé le chef de l'Etat. "Toutes celles et ceux qui luttent contre la violence, contre le racisme et l'antisémitisme, jouent un rôle déterminant et, par symétrie, ceux qui s'en prennent à eux, doivent être lourdement condamnés. Ceux qui s'en prennent aux forces de l'ordre, aux élus, ne passeront pas", a-t-il affirmé.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess