Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

VIDÉO - 150 lycéens et apprentis normands à la découverte d'Auschwitz

vendredi 26 janvier 2018 à 6:06 Par Antoine Quevilly, France Bleu Normandie (Calvados - Orne), France Bleu Cotentin et France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

150 lycéens et apprentis normands étaient en Pologne mercredi, pour visiter le camp de concentration et d'extermination d'Auschwitz. A l'initiative de la Région Normandie et du Mémorial de la Shoah, six classes ont effectué ce voyage dans le cadre d'un projet pédagogique. Un choc.

150 lycéens et apprentis normands à la découverte d'Auschwitz.
150 lycéens et apprentis normands à la découverte d'Auschwitz. © Radio France - Antoine Quevilly

Ils ont entre 16 et 18 ans, sont étudiants jardiniers, lycéens chaudronniers ou encore futurs bacheliers littéraires.  Ce mercredi, 150 jeunes de la région Normandie ont effectué un voyage au bout de l’enfer des camps nazis, plus de 75 ans après.

Ils ont découvert qu’Auschwitz Birkenau, c’est d’abord un chiffre, répété toute la journée à ces six classes de lycéens :  « En cinq ans, plus d’1,1 million de personnes sont mortes sur place », expliquent la guide Pascale Morel et son homologue polonaise Renata. « 900 000 déportés sont exterminés le jour même de leur arrivée par la Juden ramp, ce quai où demeure aujourd’hui un wagon à bestiaux ».

Les déportés arrivaient à Auschwitz dans ces wagons à bestiaux. - Radio France
Les déportés arrivaient à Auschwitz dans ces wagons à bestiaux. © Radio France - Antoine Quevilly

Les élèves normands vont refaire dans la neige le parcours des déportés sur plusieurs kilomètres. Ils n’en feront pas le tour complet. Birkenau reste aujourd’hui une immensité de 170 hectares, où la plupart des baraquements ont disparu.

Les casernes d’hier abritent aujourd’hui des musées du souvenir. - Radio France
Les casernes d’hier abritent aujourd’hui des musées du souvenir. © Radio France - Antoine Quevilly

Pour certains élèves, l’émotion est encore plus forte que pour les autres. Manon a 17 ans et elle nous explique que douze membres de sa famille sont morts exterminés à Auchswitz. Ce mercredi elle dispose sur la terre des petits cailloux venus d’Israël. « Pour moi, c’est porteur de sens (…) ma grand-mère m’a confié ces pierres pour que je les dépose ici, selon la tradition juive».  

La jeune fille s’arrête un long moment devant le lac de cendres. C’est une petite mare proche de deux chambres à gaz. Les nazis y jetaient les cendres des corps brûlés.

Ma grand-mère m’a confié des pierres d’Israël pour que je les dépose ici -Manon a eu une partie de sa famille exterminée à Auschwitz

Les élèves achèveront leur journée au musée d'Auschwitz. Ils découvrent les derniers fours crématoires, les seuls que les Allemands n’ont pas eu le temps de détruire avant la libération du camp en 1945.

Ces fours crématoires sont les derniers que les Allemands n’ont pas eu le temps de détruire en 1945. - Radio France
Ces fours crématoires sont les derniers que les Allemands n’ont pas eu le temps de détruire en 1945. © Radio France - Antoine Quevilly

Ils se retrouvent face à des milliers de portraits de déportés, d’immenses vitrines remplies de valises, de souliers d'enfants et même de cheveux coupés qui sont exposés sur plusieurs dizaines de mètres. C’est un musée où les fantômes sont omniprésents.

On ne peut pas s’imaginer ce à quoi on devait s’attendre -François, en terminale L

Les vitrines s'étendent sur dix mètres de long - Radio France
Les vitrines s'étendent sur dix mètres de long © Radio France - Antoine Quevilly

Pour les 150 élèves, ce voyage choc est aussi l’aboutissement d’un projet pédagogique effectué depuis le début de l’année scolaire.  Par exemple, les Terminale L du lycée Corneille de Rouen ont travaillé plusieurs mois en histoire et en philosophie sur la différence entre mémoire et Histoire. D’ici la fin du mois de mai, ils finaliseront la fabrication de cinq grands panneaux d’exposition qui seront présentés le 30 mai prochain au Mémorial de Caen.

REPORTAGE - 150 lycéens et apprentis normands à la découverte d'Auschwitz

Les élèves qui ont participé à ce voyage :   

  • Le CAP jardiniers paysagistes et bac pro paysagistes du CFA Horticole d’Evreux (27) 
  • La Première bac pro chaudronniers du CFAI d’Evreux (27) 
  • La Première ES du lycée Marie Curie de Vire (14) 
  • La Terminale ES du lycée Marie Joseph de Trouville (14) 
  • La Terminale L du lycée Lebrun de Coutances (50) 
  • La Terminale L du lycée Corneille de Rouen (76)