Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Le tribunal de Commerce donne encore un peu de temps à la Chocolaterie de Bourgogne

lundi 4 décembre 2017 à 19:02 Par Lila Lefebvre, France Bleu Bourgogne

Les candidats à la reprise de la Chocolaterie de Bourgogne auront finalement jusqu'au 20 décembre pour se manifester et présenter un dossier au Tribunal de Commerce de Dijon. Ce délai donne également du temps à l'entreprise pour trouver des financements pour poursuivre leur activité.

Les salariés s'étaient donné rendez-vous devant la Cité Judiciaire ce lundi pour connaître l'avenir de leur entreprise.
Les salariés s'étaient donné rendez-vous devant la Cité Judiciaire ce lundi pour connaître l'avenir de leur entreprise. © Radio France - Lila Lefebvre

Dijon, France

Ce lundi, le Tribunal de Commerce a finalement offert un délai aux éventuels repreneurs de la Chocolaterie. Le Tribunal a reçu neufs lettres d'intentions depuis le placement en redressement judiciaire de l'entreprise le 31 octobre dernier, mais aucun dossier complet de rachat. Il accorde donc un court délai aux candidats éventuels. Le 20 décembre prochain, le Tribunal pourrait décider de repousser encore sa décision, ou de mettre l'entreprise en liquidation judiciaire.

"Le président a été très clair, sans argent, on ne pourra pas aller plus loin"

Ce délai, même très court est donc un espoir pour les salariés, car le Tribunal aurait pu décider de la liquidation judiciaire de la Chocolaterie de Bourgogne. Ils comptent bien profiter de ces 15 jours de sursis pour essayer de récolter des financements et tenir en vue d'une éventuelle reprise.

"Le président a été très clair, sans argent, on ne pourra pas aller plus loin", soupire Didier Beaujois, il travaille à la chocolaterie depuis 25 ans. Les salariés voient pourtant plus loin que le 20 décembre, ils espèrent tenir jusqu'en février et se donner réellement les chances de trouver un repreneur. Mais pour ça ils estiment qu'il leur faut trouver 700 000 euros. Pour l'instant, même si l'entreprise obtient un nouveau délai le 20 décembre, elle n'a les fonds nécessaires pour tenir que jusqu'au 1er janvier, ensuite elle ne pourra plus payer ni ses salariés, ni ses factures.

La Chocolaterie de Bourgogne compte 185 salariés, certains avaient fait le déplacement ce lundi pour apprendre la décision du Tribunal.  - Radio France
La Chocolaterie de Bourgogne compte 185 salariés, certains avaient fait le déplacement ce lundi pour apprendre la décision du Tribunal. © Radio France - Lila Lefebvre

La directrice de la Chocolaterie de Bourgogne Céline Boidevezi a donc hâte de se remettre au travail : "il y a eu des visites de repreneurs, ça veut dire qu'il y a du potentiel, donc c'est qu'il y a de l'espoir, maintenant, on n'en est pas moins très inquiets".