Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Les drapeaux français et européen dans chaque classe française

mardi 12 février 2019 à 15:51 Par Laurent Vareille, France Bleu Azur

L'Assemblée nationale a adopté l'amendement du député azuréen Eric Ciotti sur la présence obligatoire des drapeaux français et européen dans chaque classe des écoles françaises. Une mesure jugée superflue pour certains parents.

Drapeau français et européen (photo illustration)
Drapeau français et européen (photo illustration) © Maxppp - /NCY

Nice, France

Les députés ont dans la nuit de lundi à mardi adopté un amendement d'Eric Ciotti au projet de loi sur "l'école de la confiance". L'amendement rend obligatoire la présence des drapeaux français et européen ainsi que le texte du refrain de la Marseillaise dans toutes les classes des écoles publiques et privées sous contrat, de la maternelle au lycée. Le député des Alpes-Maritimes justifie cette idée par "les valeurs et symboles de la République qui sont le ciment de la nation. Ils unissent et appartiennent à tous les Français, c’est pourquoi ces derniers doivent pouvoir se les approprier dès le plus jeune âge.

Eric Ciotti poursuit dans son communiqué : "Le drapeau français est un repère qui doit être présent dans chaque classe de chaque école de France. Il constitue une digue contre les fléaux qui nous menacent, notamment l’islamisme et l’antisémitisme."

Des parents sceptiques

Du côté des parents d'élèves rencontrés dans les rues de Nice on a bien du mal à comprendre comment de simples drapeaux vont changer les choses s'ils ne sont pas "accompagnés par un enseignement". "Je ne suis pas contre, explique cette maman niçoise. Mais je préférerai que le nombre d'enfants par classe diminue. Ce serait plus utile". 

Même discours au SNES, syndicat d'enseignant, qui va toutefois plus loin en expliquant que la mesure tombe au début des vacances et qu'on "verra bien à la rentrée comment se positionneront les enseignants"

"Certes c'est un symbole mais sans accompagnement, sans moyens pour parler de ce symbole, il sera vite oublié au fond de la classe" conclue Fabienne Lagoureau, professeur en collège et membre du SNES 06.