Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : La carte scolaire 2019 en Creuse

Creuse: huit classes devraient fermer à la rentrée prochaine

mardi 12 février 2019 à 23:04 Par Camille André, France Bleu Creuse

L'inspecteur d'académie vient de dévoiler son projet de carte scolaire pour 2019. Il prévoit la fermeture de huit classes. Parallèlement, une seule devrait ouvrir, dans le RPI de Roches-Ladapeyre.

8 classes seront fermées en creuse à la rentrée 2019
8 classes seront fermées en creuse à la rentrée 2019 © Maxppp - sgaudard

Creuse, France

Huit classes devraient fermer à la rentrée prochaine en Creuse, et une seule devrait ouvrir dans tout le département. Voilà ce que prévoit la carte scolaire, présentée ce mardi 12 février, par l'inspecteur d'académie, Laurent Fichet. 

La Creuse devrait perdre environ 250 élèves à la rentrée prochaine. Le département devait donc rendre trois postes d'enseignants, qui seront redistribués en Haute-Vienne. L'inspecteur d'académie fait le choix de fermer plus de classes, afin de récupérer des postes de remplaçants supplémentaires, par un jeu de calcul. 

Quelles sont les écoles qui vont perdre une classe? 

-L'école de Genouillac, qui comptait quatre classes, n'en aura plus que trois à la rentrée (pour 62 élève estimés à la rentrée prochaine)

-L'école de Flayat qui comptait deux classes va devenir une classe unique (pour 14 élèves estimés à la rentrée prochaine))

-L'école de Mainsat, qui comptait trois classes, n'en aura plus que deux (pour 39 élèves estimés à la rentrée prochaine)

-Le RPI Pontarion/Saint-Hilaire/Thauron, qui comptait quatre classes, n'en aura plus que trois. (pour 63 élèves estimés à la rentrée prochaine). C'est Pontarion qui  perd une de ses deux classes. 

-Le RPI Lavaufranche / Soumans/ Bord qui comptait quatre classes, n'en aura plus que trois. (pour 57 élèves estimés à la rentrée prochaine). C'est Soumans qui  perd une de ses deux classes.

-L'école à  Classe unique de Boussac-Bourg disparait. 

-Le RPI Peyrat-la-Nonière/ Saint-Chabrais, qui comptait 4 classes n'en aura plus que trois ( pour 60 élèves estimés à la rentrée prochaine). C'est Saint-Chabrais qui perd une classe. 

-L'école maternelle Riffaterre de Bourganeuf va perdre une de ses cinq classes ( pour 76 élèves estimés à la rentrée prochaine).

Un seul établissement gagne une classe 

Le RPI Roches-Ladapeyre est le seul regroupement qui va pouvoir bénéficier de l'ouverture d'une classe, sur la commune de Roches. 

Parmi les autres modifications attendues à la rentrée prochaine, un poste Sessad (un enseignant qui intervenait à domicile pour quelques élèves handicapés) est supprimé. En revanche, un poste de coordinateur est ouvert dans le domaine du handicap (il n'enseignera pas). 

Suite à la fermeture de l'IME du Monteil au Vicompte, deux postes seront également redéployés dans les IME de Felletin et La Souterraine. 

Par un jeu de calculs, cette carte scolaire permet au département de récupérer quatre postes de professeurs remplaçants supplémentaires.  Laurent Fichet, l'inspecteur d'académie estime en effet que la Creuse n'avait pas une brigade assez conséquente. (Elle est constituée de 62 professeurs remplaçants cette année). La carte scolaire peut encore légèrement évoluer, en fonction des inscriptions des enfants. Il y aura des ajustements en juin et en septembre notamment, mais peu de choses devraient bouger. 

Bientôt une fusion entre les écoles Cerclier et Guéry?

L'inspecteur d'académie souhaiterait voir fusionner les deux écoles du centre-ville de Guéret. L'école Cerclier et Guéry. La municipalité sera appelée à ce prononcer prochainement. 

Cette fusion pourrait intervenir dès la rentrée 2019. Actuellement les deux établissements comptent neuf classes au total. Aucune ne sera supprimée. En revanche une des trois sections Ulis ne pourra pas être maintenue.  A l'issue de cette fusion, un seul directeur dirigera l'école. 

Des parents d'élèves manifestent devant l'inspection académique

Dès le début d'après-midi, une trentaine de parents d'élèves et d'élus se sont rassemblés devant les locaux de l'inspection académique. Alors que le Dasen et les syndicats enseignants finalisaient la carte scolaire, ils ont manifesté contre la fermeture de classes dans leurs communes

L'école de Lussat, le RPI Montaigut Le Blanc- Saint Silvain Montaigut, ou encore le RPI Pontarion- Saitn Hilaire - Thauron étaient notamment représentés. 

Avec son écharpe tricolore, Nadine Dumeynie, la, maire de Pontarion, est venue manifester pour le maintien des deux classes de sa commune : "On essaye de défendre nos services publics, l'école en fait partie. La qualité d'accueil qu'on a dans nos petites structures me semble très importante", a-t-elle indiqué. 

A force de tout nous enlever, que va-t-on devenir?

De son côté, le maire de Saint-Sylvain-Montaigut, Jean-Pierre Deville ne savait pas encore que son école serait épargnée. Elle faisait partie des établissements menacés, mais tout compte fait le Dasen a choisi de conserver ses classes. Dans l'après-midi, il livrait néanmoins cette réflexion: "Ce n'est pas parce que le nombre d'élèves baisse sur le département qu'il faut supprimer des classes à tour de bras. Il faut regarder l'enseignement: des classes à quatre niveaux, comme on le propose dans notre commune, ce n'est pas gérable. A force de tout nous enlever, que va-t-on devenir?" s'interrogeait  l'élu.