Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Santé : "Chaque phase du cycle menstruel a un intérêt" affirme la spécialiste Gaëlle Baldassari

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Alors que l'AS Saint-Etienne étudie les conséquences des règles sur les performances physiques de ses joueuses, l'auteure Gaelle Baldassari défend l'idée d'une meilleure prise en compte des contours du cycle menstruel pour optimiser le quotidien des femmes.

Gaelle Baldassari, spécialiste du cycle menstruel.
Gaelle Baldassari, spécialiste du cycle menstruel.

Saint-Étienne, France

Une étude quasiment unique en son genre est menée en ce moment chez les féminines de l'ASSE : quelles sont les conséquences des règles sur les performances physiques ? France Bleu élargit la question à toute la société avec Gaëlle Baldassari, spécialiste de la question et auteure du livre "Kiffe ton cycle".

INTERVIEW Gaelle Baldassari, auteure de "Kiffe ton cycle"

Quel regard portez-vous sur cette étude menée à l'AS Saint-Étienne ?

J'ai interrogé des chercheurs un peu partout dans le monde qui ont travaillé sur le cycle menstruel. Ils m'ont tous dit que c'était un sacerdoce car c'est très compliqué. Je suis donc immensément reconnaissante à Pierre-Hugues Igonin d'en avoir fait le sujet de sa thèse. 

Les structures sportives féminines devraient être moteurs. Ce n'est pas le cas.

Bien souvent les femmes à la tête de ces structures ont nié ce processus ou fait en sorte de le faire disparaitre aux yeux du monde pour arriver à la place où elles sont maintenant. Remettre le processus du cycle menstruel sur le devant de la scène n'est pas forcément très confortable pour les femmes qui sont passées avant nous et qui ont réussi à atteindre des postes importants.

Notre société est encore dominée par les hommes et c'est sans doute eux qu'il faut convaincre ?

Il faut convaincre les hommes et les femmes. Les femmes qui sont passées avant nous, très ambitieuses parce qu’on leur a demandé d'oublier d'être une femme mais aussi effectivement les hommes qui n'ont jamais connu le processus et qui ne savent pas.

Vous défendez l'idée de quatre phases dans le cycle avec des effets physiques et psychologiques. Comment faire pour que cette connaissance devienne positive pour la vie des femmes ?

En comprenant que chaque phase son intérêt, qu'elle fait partie d'un cycle et que chaque phase ne va sans l'autre. En général on peut avoir du mal à supporter la phase pré-menstruelle durant laquelle les émotions peuvent être assez vives. Pourtant c'est une période durant laquelle on pourra voir tout ce qui ne va pas dans nos projets. Durant la période des règles on va avoir tendance à être fatiguée, en repli. On peut penser qu'elle ne sert à rien. Au contraire elle sert à se ressourcer, à prendre du recul pour préparer le plan d'action pour le moment où l'énergie va remonter. Il s'agit de se rendre compte que chaque phase a un intérêt énorme dans l'évolution d'un projet.

La vraie révolution serait d'appliquer ces principes au monde de l'entreprise en acceptant que leurs salariées sont plus efficaces à certains moments et plus en difficulté à d'autres...

La vraie révolution serait de gagner de manière générale en souplesse, pour les hommes comme pour les femmes. Faire confiance à nos collaborateurs qui connaissent leur énergie plutôt que de les contraindre à un fonctionnement linéaire. 

En Suède, une ONG a mis en place un label qui met en avant les entreprises qui s'adaptent aux femmes. En France on en est loin ?

On en est loin oui ! En France on en est encore à reconnaitre quand il y a un problème dans le cycle ou quand il n'y en a pas, à accompagner les femmes qui ont un cycle pathologique.

Aujourd'hui dans le monde de l'entreprise, l'idéal est de traiter les hommes et les femmes de la même manière. Avec votre positionnement ce ne serait pas le cas. 

Je milite pour gagner en souplesse pour tout le monde. Ce n'est pas parce que les hommes n'ont pas de cycles menstruels qui les invite à ça tous les mois qu'ils n'ont pas besoin de souplesse avec des jours d'activité moins intense. Il n'y a pas de distinguo de traitement.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu