Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

160 millions d'euros pour les aidants à domicile : "Il faut aller au delà d'une prime" pour l'ADMR de l'Indre

-
Par , France Bleu Berry

En déplacement à Toulon dans le Var, le président de la République Emmanuel Macron a annoncé que l'Etat et les départements allaient débloquer au total 160 millions d'euros pour les aides à domicile. L'ADMR de l'Indre estime qu'il faudra aller au delà de cette prime Covid.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Maxppp - Gaëtan Bally

C'est un début de reconnaissance : ce mardi à Toulon dans le Var, Emmanuel Macron, qui est en vacances au Fort de Brégançon, a annoncé que l'état et les départements allaient débloquer 80 millions d'euros à parts égales, soit 160 millions d'euros en faveur des aides à domicile, infirmiers, soignants, accompagnants... "Avant Noël, toutes ces primes COVID seront payées" a assuré le chef de l'etat. 320 000 aidants qui interviennent à domicile sont concernés en France. Le chef de l'état, qui a rendu hommage à ces professsionnels en première ligne face au Covid-19, souhaite aussi que dans le cadre de la future loi autonomie, un travail soit réalisé sur la reconnaissance ou encore l'attractivité de ces métiers.  

Directrice de la fédération ADMR de l'Indre (Association d'aide à Domicile en Milieu Rural), Anthéa Villin estime que cette prime est une juste reconnaissance : "Les aides à domicile au sens large, attendaient cette prime, pour effectivement l'aspect financier, parce que ce sont des salariés extrêmement précaires, mais aussi pour la reconnaissance qu'elles n'ont pas toujours eue durant cette crise Covid". La responsable de l'association, qui emploie 200 salariés dans l'Indre, essentiellement des femmes, ajoute qu'il faudra aller au delà d'une prime : "On a aujourd'hui des salariés qui vivent et depuis plusieurs années avec le SMIC, parce que leurs grilles de salaire sont en dessous. Donc oui, bien sûr qu'elle est attendue cette prime, et c'est une reconnaissance, mais il faut aller au delà de çà. Il faut un travail de refonte totale pour que leur travail soit valorisé, pour qu'on puisse aussi former de nouvelles personnes à ce métier, parce que les besoins sont grandissants".

L'attractivité de ces métiers passe donc aussi par une revalorisation des salaires. Sur ce point notamment, Emmannuel Macron a précisé que "Sens, reconnaissance, financement, gouvernance, attractivité de ces métiers, seront au cœur de cette grande loi de l'autonomie que nous allons bâtir ensemble".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess