Société

A 16h34 aujourd'hui, les femmes sont invitées à arrêter de travailler

Par Soizic Bour, France Bleu Bourgogne dimanche 6 novembre 2016 à 23:00

Manifestation pour l'égalité salariale, le 8 mars dernier, à Paris.
Manifestation pour l'égalité salariale, le 8 mars dernier, à Paris. © Maxppp - Nicolas Kovarik

C'est une initiative du collectif féministe Les Glorieuses. Toutes les femmes françaises sont appelées à arrêter de travailler, aujourd'hui, à 16h34, afin de protester contre les inégalités salariales.

Le collectif féministe Les Glorieuses appellent toutes les femmes à cesser le travail, aujourd'hui à 16h34. Alors pourquoi 16h34 en particulier ? Tout simplement parce que c'est la date et l'heure à partir de laquelle les femmes doivent travailler, et ce jusqu'à la fin de l'année, pour gagner autant que leurs collègues masculins. Elles devraient donc travailler près de deux mois de plus que les hommes pour obtenir la même rémunération à l'année.

Freinées dans leur carrière

On le sait, les femmes sont moins représentées que les hommes dans les instances dirigeantes, mais aussi dans les entreprises. Et quand elles réussissent à se hisser à un poste occupé également par des hommes, les femmes sont parfois freinées dans leur carrière en raison des inégalités salariales ou d'un congé maternité.

"En tant que femme, j'ai eu des difficultés pour évoluer parce qu'il y a toujours un barrage. Le jour où vous avez des enfants, dans un milieu masculin, on vous fait comprendre qu'il faudrait mieux que vous restiez chez vous à vous occuper de vos enfants"

Anne Erschens, juriste en entreprise

D'autres contournent le problème. En tant que chef d'entreprise, Zélina Barth a décidé de prendre le contre-pied des inégalités et de s'en servir pour convaincre, en tant que chef d'entreprise. "Je fais des inconvénients des avantages et je me sers des inégalités pour, non pas avoir ce que je veux, mais convaincre", note Zélina Barth. Et d'ajouter : "J'ai deux enfants, je m'en occupe et le travail sera fait lorsque je m'en serait occupée. Et ça, c'est quelque chose que tous mes collaborateurs, hommes comme femmes, comprennent".

Selon l'observatoire des inégalités, le salaire mensuel net moyen des hommes, pour un poste à temps plein, est de 2 389 euros en 2013, celui des femmes de 1 934 euros, soit un écart de 455 euros, presque un demi-smic. Les hommes perçoivent donc, en moyenne et en équivalent temps plein, un salaire supérieur de 23,5 % à celui des femmes.