Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

17 novembre : une première mobilisation à Toulouse avant celles du week-end prochain

samedi 10 novembre 2018 à 20:49 Par Théo Caubel, France Bleu Occitanie

Entre 250 et 300 personnes se sont rassemblées samedi après-midi au nord de Toulouse pour débattre des futures actions du week-end prochain. Le rassemblement s'est terminé par une première opération escargot sur la rocade de la ville.

Les manifestants ont pu chacun prendre la parole pour évoquer leurs idées ou leurs inquiétudes pour la mobilisation du 17 novembre.
Les manifestants ont pu chacun prendre la parole pour évoquer leurs idées ou leurs inquiétudes pour la mobilisation du 17 novembre. © Radio France - Théo Caubel

Haute-Garonne, France

Aucun slogan politique, pas de drapeaux aux couleurs d'un syndicat, juste des gilets jaunes, ils sont entre 250 et 300 personnes à s'être rassemblés sur le parking de la base nautique des Sesquières au nord de Toulouse ce samedi 10 novembre. Cette mobilisation avait lieu à l'appel des trois principaux groupes Facebook de Haute-Garonne qui fédèrent les rassemblements du 17 novembre. Ils regroupent déjà près de 20.000 membres. 

Définir les modalités d'actions

L'objectif de cette réunion était de rendre concrète cette mobilisation qui était jusqu'à présent virtuelle. "Je ne suis pas fan de Facebook, explique Murielle 68 ans, rassurée de voir toutes ces personnes présentes. Mais je disais à ma fille il faut que je m'y mette parce que je ne voulais pas y aller mais je crois que je vais être obligée."

Ce rassemblement devait aussi permettre de définir les modalités d'actions du week-end prochain. Même si les lieux restent pour l'instant secrets. Ils ne seront dévoilés qu'au dernier moment pour éviter que les forces de l'ordre empêchent ces actions non-déclarées en préfecture.

Mais certains participants avaient déjà des idées de lieux où agir. "J'aimerais être sur la rocade de Blagnac, raconte Yannick. Il y a beaucoup de personnes qui ont beaucoup d'argent là-bas. Bloquer les péages c'est bien mais je pense qu'il y a d'autres moyens de paralyser l'économie."

Contre la hausse du carburant mais pas seulement

Les manifestants ont aussi tenu à rappeler que la hausse des prix du carburant n'est que la goûte d'eau qui ont fait déborder le vase. "Vous savez j'ai une petite retraite. Et les 30 € qu'on m'a enlevé, on ne les a pas donnés à mes enfants", explique Murielle qui s'indigne face au manque de compassion du président de la République envers les plus pauvres. 

"Je peux vous assurer que le 17 il y aura du monde"

Du côté des portes-paroles, on se félicite de ce premier rassemblement encourageant avant le week-end prochain. "Je peux vous assurer que le 17 il y aura du monde, affirme Benjamin l'un des portes paroles du mouvement. Le 18 au soir les routiers interviendront. On a les VTC. Les ambulanciers ont démarré dans l'Aveyron. On va bouger. Ça fera du bruit. Et on espère que le gouvernement nous entendra." 

Et comme un avant-goût de ce qui se prépare, les manifestants présents ont terminé ce premier rassemblement par une opération escargot sur la rocade toulousaine.