Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

180 gilets jaunes dans les rues de Nancy pour l'acte 34 du mouvement

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Pour l'acte 34 des gilets jaunes, la manifestation régionale a rassemblé à Nancy environ 180 manifestants. La mobilisation reste relativement faible, bien qu'elle soit plus importante qu'il y a quinze jours, lorsqu'une centaine de gilets jaunes avaient bloqué les abords de Nancy.

La manifestation du 6 juillet a rassemblé 180 gilets jaunes à Nancy.
La manifestation du 6 juillet a rassemblé 180 gilets jaunes à Nancy. © Radio France - Guillemette Franquet

Nancy, France

Environ 180 gilets jaunes se sont rassemblés à Nancy ce samedi 6 juillet pour l'acte 34 du mouvement. Malgré un regain de participation par rapport au samedi 22 juillet, la mobilisation ne parvient pas à mobiliser autant qu'au début du mouvement en novembre dernier.

Partis de la place Carnot vers 14h, les gilets jaunes ont défilé plus de deux heures et demi dans les rues de la préfecture meurthe-et-mosellane. Un manifestant a été interpellé pour jet de projectile et placé en garde à vue. Certains gilets jaunes ont essayé de diverger du parcours autorisé par la préfecture, sans succès.

Le cortège de gilets jaunes est parti vers 14h de la place Carnot, à Nancy. - Radio France
Le cortège de gilets jaunes est parti vers 14h de la place Carnot, à Nancy. © Radio France - Guillemette Franquet

Les manifestants gardent espoir, malgré une mobilisation plutôt faible

En tête du cortège, Marc, 37 ans, s'avoue déçu du nombre de manifestants mais ne perd pas espoir : "C'est triste de voir qu'il y ait si peu de monde. Il serait temps de se réveiller et de se poser des questions. On parle de notre avenir, c'est un mode de vie qu'il faut changer. Les infirmières, les écoles se mobilisent aussi. Il faut qu'on soit unis".

D'autres admettent que les gilets jaunes sont moins nombreux qu'à ses débuts, mais pour eux, le mouvement ne s'essouffle pas. C'est le cas de Jean-Paul, une pancarte affichant "Macron, la dictature en marche" sous le bras : "Déjà, il ne faut pas oublier qu'il y a d'autres manifestations en Lorraine aujourd'hui. Et puis, les gens ont peur de se faire gazer ou matraquer, je comprends qu'ils n'osent plus trop venir. Mais je pense vraiment que le mouvement peut renaître." 

Pour Jean-Paul, il existe pour les gilets jaunes d'autres moyens de s'exprimer que la manifestation : "Les dimanches, on tracte au marché, on discute avec les gens. Nous, on se rassemble en assemblées locales tous les mercredis ou les jeudis. On travaille sur une nouvelle démocratie."

En Meurthe-et-Moselle, un autre rassemblement de gilets jaunes a eu lieu ce samedi 6 juillet à Pont-à-Mousson. La préfecture  y comptabilise 160 manifestants.