Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Société DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

EN IMAGES - 18e samedi de mobilisation des Gilets Jaunes : heurts, interpellations et violent incendie à Paris

samedi 16 mars 2019 à 11:59 - Mis à jour le dimanche 17 mars 2019 à 14:47 Par Aurore Jarnoux, France Bleu

32.300 Gilets Jaunes se sont mobilisés ce samedi 16 mars dans plusieurs villes de France, selon le ministère de l'Intérieur. Le défilé parisien a été émaillé de violences : scènes de chaos, boutiques pillées et incendiées, barricades en feu. Plus de 200 personnes ont été interpellées.

Regain de violences pour ce 18e samedi de mobilisation des Gilets Jaunes à Paris.
Regain de violences pour ce 18e samedi de mobilisation des Gilets Jaunes à Paris. © Maxppp - Julien Mattia

Nouveau samedi de mobilisation des Gilets Jaunes dans plusieurs villes de France. Cet "acte XVIII" est qualifié de crucial et présenté comme un "ultimatum" lancé à Emmanuel Macron, au moment où prend fin le Grand Débat national. Les manifestants étaient appelés à converger vers la capitale. Et Paris a été le théâtre de scènes très violentes.

Selon le ministère de l'Intérieur, 32.300 Gilets Jaunes ont défilé dans les rues de France ce samedi. Ce sont 3.700 manifestants de plus que la semaine dernière. 

Les chiffres clés de la mobilisation des Gilets Jaunes ce 16 mars. - Visactu
Les chiffres clés de la mobilisation des Gilets Jaunes ce 16 mars. © Visactu - Visactu

Plus de 200 interpellations et 60 blessés

200 personnes ont été placées en garde à vue, dont 15 mineurs, dans la capitale annonce le parquet de Paris ce dimanche matin. La Préfecture de police comptabilise 237 interpellations après les violences qui ont émaillé la manifestation des Gilets Jaunes samedi. Les autorités dénombrent également 29 forces de l'ordre, un pompier et une soixantaine de manifestants blessés.

Edouard Philippe s'est rendu sur place ce samedi après-midi pour remercier les forces de l'ordre et livrer un message de fermeté. Pour le Premier ministre, "Ceux qui excusent, qui encouragent" se rendent "complices". 

Emmanuel Macron lui a décidé d'écourter son séjour à la station de ski de La Mongie, dans les Pyrénées. Le président rentre à Paris dès ce samedi soir, au lieu de demain, dimanche, et se rend à la cellule de crise du ministère de l'Intérieur.

C'est inacceptable ! Je suis venu ici formuler mon soutien aux forces de l'ordre, aux sapeurs pompiers qui ont permis d'éviter le pire. Je suis venu donner des consignes de très grande fermeté." - Edouard Philippe 

A 14h, le ministère de l'Intérieur comptabilisait 14.500 personnes en France, dont 10.000 à Paris. La semaine dernière, à la même heure, ils étaient 7.000 sur l'ensemble du territoire.

80 commerces touchés

La capitale est le théâtre de violences ce samedi. Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, a dénoncé, sur son compte Twitter, la présence de "professionnels de la casse et du désordre équipés et masqués". Il invite les autorités à "répondre avec la plus grande fermeté".

Les premiers heurts ont éclaté dans la matinée à Paris, sur les Champs-Elysées. De nombreux magasins ont été pillés et incendiés, des restaurants, comme le célèbre Fouquet's, ont également été pris pour cible. Les forces de l'ordre ont fait usage de gaz lacrymogènes et de canons à eau face à plusieurs centaines de Gilets Jaunes. Plusieurs cortèges se sont également retrouvés au niveau de la place de l'Etoile "avec une prise à partie des forces de l'ordre". 

En fin d'après-midi, une voiture de police a été incendiée près du Forum des Halles, dans le centre de Paris. 

Des barricades en feu à Paris. - Maxppp
Des barricades en feu à Paris. © Maxppp - Julien Mattia / Le Pictorium

La gendarmerie nationale a demandé aux Gilets Jaunes pacifiques de quitter les lieux. Chez nos confrères de France Info, la porte-parole de la gendarmerie nationale, Maddy Scheurer a déclaré que "les individus qui sont en train de faire dégénérer la manifestation des Gilets jaunes ne sont manifestement pas des "Gilets Jaunes", ce sont plutôt des ultra venus pour d'autres raisons".

Des commerces pillés et incendiés ce samedi à Paris. - Maxppp
Des commerces pillés et incendiés ce samedi à Paris. © Maxppp - JULIEN DE ROSA

La Préfecture de police parlait ce samedi de "plusieurs rassemblements et cortèges non déclarés". Elle a expliqué être confrontée "à des individus déterminés, des casseurs qui commettent des violences et s'en prennent au mobilier urbain". Environ 5.000 membres des forces de l'ordre et six blindés de la gendarmerie étaient déployés dans la capitale.

Un important incendie près des Champs Elysées

Un incendie s'est déclaré dans un immeuble situé en bas des Champs-Elysées, sur le boulevard Roosevelt. Le feu a pris dans les locaux d'une banque, avant de se propager aux étages. Les pompiers ont maîtrisé les flammes vers 14h.

Le quartier a été bouclé et tous les habitants évacués. 11 personnes sont légèrement blessées, dont deux policiers. Selon les pompiers, "une femme et son bébé étaient coincés au deuxième étage". 

Pour le ministre de l'Intérieur, "les individus qui ont commis cet acte ne sont ni des manifestants, ni des casseurs : ce sont des assassins".

Des rassemblements en région

En Limousin, une opération escargot était organisée ce samedi matin sur l'autoroute A20 entre la Corrèze et le Lot, en direction du sud. Et elle a provoqué de forts ralentissements. Les Gilets Jaunes ont décidé de se rallier au mouvement des forains, mobilisés eux contre une nouvelle réglementation plus contraignante qui les oblige à répondre à des appels d'offres des mairies. 

A Pau, les Gilets Jaunes ont bloqué le rond-point d’un centre commercial. Dans de nombreuses villes comme Caen ou Strasbourg, les Gilets Jaunes ont défilé aux côtés des marcheurs pour le climat.

A Bordeaux et à Toulouse, la situation s'est tendue dans l'après-midi. Là-bas, la police a fait usage de gaz lacrymogène pour disperser les manifestants.