Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Attentat de Conflans : 3500 personnes réunies à Dijon en hommage à Samuel Paty

-
Par , France Bleu Bourgogne

Environ 3500 personnes se sont réunies à Dijon, place de la République, ce dimanche 18 octobre. Un rassemblement qui a lieu en hommage à Samuel Paty, le professeur d'histoire-géographie tué vendredi pour avoir montré en classe des caricatures de Mahomet.

Environ 2 000 personnes réunies place de la République à Dijon dimanche 18 octobre.
Environ 2 000 personnes réunies place de la République à Dijon dimanche 18 octobre. © Radio France - Nourhane Mahmoudi

Enseignants, parents et élèves se sont rassemblés place de la République, à Dijon, ce dimanche 18 octobre. Ils étaient environ 3500 à se réunir en hommage à Samuel Paty, professeur d'histoire, assassiné pour avoir montré en classe des caricatures de Mahomet. Les visages sont graves, la foule est silencieuse, et ne se contente quelques fois que d'applaudir ou scander les paroles de la Marseillaise. 

Des enseignants plus que jamais déterminés

Dans le corps enseignant, l'effroi et le choc ont depuis vendredi été remplacés par de la détermination. "Il est impératif que nous continuions à enseigner la liberté d'expression en classe, en l'amenant avec pédagogie et respect" a souligné avec émotion Abdallah, professeur d'histoire à Dijon depuis 15 ans. "On continue notre travail le plus loyalement possible, en apprenant à nos élèves l'esprit critique" poursuit-il. Pour lui, ce drame est ce qui pouvait arriver de pire à un professeur, et la seule réponse, est encore plus de pédagogie. 

Julie enseigne aussi l'histoire, dans un lycée de Dijon, depuis plus de 10 ans, et partage l'avis d'Abdallah. Après ce funeste événement, la priorité est de ne surtout pas rompre le dialogue avec les élèves. "Ce qui est sûr, c'est que dès la rentrée, il va falloir discuter avec les élèves, et répondre à leurs questions, parce qu'ils en auront" affirme-t-elle. Répondre, débattre, mais toujours garder en tête l'échange et les laisser s'exprimer. 

"Le fait de montrer des caricatures, mais pas seulement de Mahomet... Celles du Pape, ou encore des politiques, c'est ça la liberté d'expression. Et si les enfants ont des questions, nous leur apporteront des réponses conformes au valeurs républicaines que les enseignants doivent transmettre" conclut-elle. 

Des unes de Charlie Hebdo ont été brandies
Des unes de Charlie Hebdo ont été brandies © Radio France - Nourhane Mahmoudi

Incrédulité chez les parents et les élèves

Du côté des parents d'élèves, on est toujours choqués, deux jours après. "Découvrir qu'un enseignant puisse perdre la vie pour un cours, ça fait très peur" confie Sylvie, mère d'un collégien de 13 ans. Elle affirme plus que jamais sa solidarité, mais malgré sa stupeur, elle garde confiance au corps enseignant. "Ils sont là pour former nos enfants à être de justes citoyens, et pour cela, nous leur faisons confiance" conclut-elle. Dans la foule, amassée place de la République, on trouve des élèves, aussi. Maxence a 13 ans, vient d'entrer en classe de quatrième, et tient entre ses mains une pancarte sur laquelle on peut lire "Touche pas à mon prof". 

Justement, il vient d'avoir un cours sur la liberté d'expression. "J'ai été choqué que ce professeur ait été tué, alors qu'il ne faisait que son travail ! La liberté d'expression, c'est important. Et nous devrions pouvoir exprimer nos idées sans avoir à subir aucune violence !" explique-t-il, très secoué. Des milliers de personnes se sont rassemblées dans toute la France, en hommage à Samuel Paty. Quant aux professeurs, bien qu'en vacances scolaires, ils préparent déjà la rentrée prévue dans deux semaines, où le dialogue sera plus que jamais nécessaire

Choix de la station

À venir dansDanssecondess