Société

200 sarthois pour la marche en faveur de Jean-Luc Mélenchon selon Eric Jamet, du parti de gauche

Par Christelle Caillot, France Bleu Maine vendredi 17 mars 2017 à 10:43

Eric Jamet, co-secrétaire du parti de gauche en Sarthe
Eric Jamet, co-secrétaire du parti de gauche en Sarthe © Radio France - Aurélien Morissard Maxppp / Christelle Caillot

VIDEO : Eric Jamet, co-secrétaire du parti de gauche en Sarthe sur son soutien à Jean-Luc Mélenchon.

En tant que co-secrétaire du parti de gauche en Sarthe, Eric Jamet fait partie des 200 sarthois qui vont faire la déplacement ce samedi à Paris pour la marche pour la 6ème République en faveur de Jean-Luc Mélenchon, candidat à la présidentielle.

200 sarthois à Paris pour Jean-Luc Mélenchon

"Je pense que cette marche va être un grand moment" nous dit Eric Jamet, co-secrétaire du parti de gauche en Sarthe, "il y a 200 sarthois qui vont faire le déplacement pour marcher pour la 6ème République. Les cars sont complets. Cette 6ème République va apporter de la respiration, on voit bien que la 5ème République est à bout de souffle, les institutions démocratiques ne fonctionnent plus très bien, il y a beaucoup d'abstentions dans le pays, et la 6ème peut amener une respiration démocratique. Moi je pense que c'est une priorité parce que les français voient bien que le pays est bloqué, les partis politiques ne fonctionnent plus non plus très bien. Si on ne change pas la République, on ne pourra pas changer le pays".

Sur la fusion avec Benoit Hamon

"Sur le papier, ça fonctionne", souligne Eric Jamet, co-secrétaire du parti de gauche en Sarthe quand on lui parle de la fusion des candidatures de Jean-Luc Mélenchon et Benoit Hamon, "sur le papier, on peut toujours additionner les pourcentages, mais en politique, ça ne marche pas comme ça. Il faut qu'il y ait une dynamique, il faut qu'il y ait une volonté de faire et je ne sens pas cette volonté du côté de Benoit Hamon. C'est trop tard, aujourd'hui, quelque chose comme ça, ça se prépare à l'avance, il faut que les gens aient envie d'y participer et, Benoit Hamon on ne l'a pas vu pendant cinq ans, il a été en partie au gouvernement, donc je ne vois pas comment on pourrait aujourd'hui s'arranger avec lui".