Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

24 000 personnes vivent en état de pauvreté à Tours

-
Par , France Bleu Touraine

La journée internationale pour l'élimination de la pauvreté ne fait l'objet d'aucune initiative particulière en Touraine. Cette journée créée il y a 32 ans par l'ONU s'adresse avant tout aux Etats. Mais elle est l'occasion de regarder l'état de la pauvreté en Indre-et-Loire.

Une affiche du Secours Populaire très en lien avec la journée internationale pour l'élimination de la pauvreté
Une affiche du Secours Populaire très en lien avec la journée internationale pour l'élimination de la pauvreté © Radio France - Denis Guey

Indre-et-Loire, France

La journée internationale pour l'élimination de la pauvreté a lieu ce jeudi à l'initiative de l'ONU. Cette journée existe depuis le 17 octobre 1987. L'ONU veut que chaque Etat profite de cette journée pour présenter les actions qu'il met en oeuvre pour contribuer à éliminer ou seulement à freiner le développement de la pauvreté.

En Indre et Loire, l'Insee considère comme pauvre une personne seule qui vit avec moins de 1000,00 euros par mois. Sur cette base, l'observatoire des inégalités considère qu'il y a 24 000 pauvres à Tours, 3300 à St Pierre des Corps et 1000 à Château-Renault. Ces trois villes sont celles qui regroupent le plus de familles pauvres en Touraine au regard de leur population totale. Aujourd'hui, la pauvreté touche toutes les couches de la société comme en témoigne Régis Groyer, le directeur du Secours Populaire en Indre-et-Loire.

Une personne pauvre, c'est vous et moi! On a encore une vision biaisée de la pauvreté. Le Secours Popu avait un slogan à une époque qui disait "pauvre mais pas que"...ce sont des gens qui travaillent et donc çà ne se voit pas forcément sur leur physique qu'ils sont pauvres. Ils peuvent avoir une voiture, des habits corrects, mais être endettés et pauvres -Régis Groyer, directeur du Secours Populaire en Indre-et-Loire

Les bénévoles du Secours Populaire d'Indre et Loire sont en contact quotidien avec 8000 familles de bénéficiaires. L'aide du Secours Populaire passe par des colis alimentaires, des aides aux vacances, et la vente de  vêtements. Le magasin de vêtements du boulevard Tonnelé à Tours ne désemplit pas. Nadège Henriot est bénévole au Secours Populaire. Elle témoigne de l'importance que revêt ce magasin de vêtements pour les personnes en état de précarité financière.

On a du monde tous les jours. Les vêtements d'enfants sont à 1,50 euros. Ceux d'adultes à 2,50 euros. Le profil des bénéficiaires: il y a de plus en plus de retraités et d'étudiants, qui s'ajoutent aux familles monoparentales et nombreuses -Nadège Henriot, bénévole

Des retraités, des travailleurs pauvres, des demandeurs d'emplois et quelques étudiants comme cette jeune lycéenne en terminale à Tours.

Cà me dérange de demander de l'argent à mon père et donc je viens ici parce que c'est pas cher et que je peux trouver parfois des vêtements de marque. Mais je ne me considère pas comme étant en situation de pauvreté -une étudiante tourangelle 

Au magasin, on peut donc trouver des vêtements de marque pour rien. Vivre en dessous du seuil de pauvreté n'empêche pas de rechercher aussi des belles "fringues". Régulièrement, le Secours Populaire en Touraine organise des ventes de vêtements au kilo. Pour 1,50 euros le kilo, vous pouvez emporter des dizaines de vêtements pour pas cher.  

A noter que la Touraine fait partie des 10 départements pilote pour l'application du plan pauvreté présenté par le gouvernement en septembre 2018. 

Choix de la station

France Bleu