Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

250 contrats d'apprentissages sont à pourvoir dans le secteur de l'hôtellerie-restauration en Limousin

Le secteur de l'hôtellerie-restauration qui a souffert de la crise sanitaire recherche de jeunes apprentis de 15 à 29 ans pour des contrats d'apprentissages de deux ans. Cuisine, hôtellerie, service... les offres ne manquent pas mais les élèves de lycées professionnels ne répondent pas à l'appel.

Le secteur de l'hôtellerie restauration cherche de jeunes apprentis en Limousin.
Le secteur de l'hôtellerie restauration cherche de jeunes apprentis en Limousin. © Radio France - Boris Compain

En Limousin, 250 contrats d'apprentissages sont à pourvoir dans les métiers de l’hôtellerie et de la restauration. Ces contrats sont proposés aux jeunes de 15 à 29 ans par l'Umih, l'union des métiers de l’hôtellerie restauration. Les apprentis pourront suivre en alternance des cours dans les UFA, les unités de formation des apprentis des lycées professionnels Jean Monnet à Limoges, Delphine Gay à Bourganeuf ou le CFA des Treize Vents à Tulle. 

Les parents ont cherché une autre formation pour leur enfant puisqu'ils pensaient le secteur sinistré

Le gouvernement participe au financement des formations d'apprentissage à hauteur de 5.000€ par an pour les jeunes de moins de 18 ans et 8.000€ pour les plus de 18 ans. Un soutien précieux après la crise sanitaire qui a mis à l'arrêt le secteur de la restauration, en recherche d'apprentis. _"_Des restaurants nous appellent tous les jours pour nous dire qu'ils recherchent des apprentis" rapporteSébastien Huchet de l'Unité de Formation des Apprentis Jean-Monnet à Limoges. "Une bonne nouvelle puisqu'on craignait le contraire et en même temps, nous avons bien moins de jeunes qui demandent des formations. La crise sanitaire a tout déplacé. Les notes sont tombées tardivement, les entretiens n'ont pu avoir lieu, les portes ouvertes non plus, et les parents ont cherché une autre formation pour leur enfant puisqu'ils pensaient le secteur sinistré".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Pourtant cette cette voie de l’apprentissage est une chance de trouver un métier plus facilement explique Emmanuel Bassot, restaurateur à Bosmie l'Aiguille, en Haute-Vienne. "Des moyens humains et financiers permettent à nos jeunes de se lancer dans cet apprentissage même s'ils ne trouvent pas tout de suite un employeur, les CFA et les UFA sont là pour les aider et là, _les offres dans ce secteur ne manquent pas pour la rentrée de septembre_".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess