Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : 15 départements toujours en vigilance rouge, 54 désormais en orange

28 pompiers professionnels vont être recrutés d'ici trois ans en Dordogne

-
Par , France Bleu Périgord

Le président du SDIS de la Dordogne l'a annoncé lors de la cérémonie des vœux. Après plusieurs mois de grève, un accord serait sur le point d'être signé entre le département et les syndicats de pompiers.Le protocole porte notamment sur le recrutement de 28 pompiers professionnels sur trois ans.

L'accord pourrait être signé lundi 3 février, à l'issue de la session du Conseil départemental
L'accord pourrait être signé lundi 3 février, à l'issue de la session du Conseil départemental © Radio France - Emmanuel Claverie

La grève des pompiers de la Dordogne aura duré près de sept mois. Le président du Service départemental d’incendie et de secours de la Dordogne, Serge Mérillou a annoncé lors de la cérémonie des vœux du SDIS 24 ce vendredi 31 janvier à Boulazac qu'un protocole d'accord était sur le point d'être signé entre le département de la Dordogne et les syndicats de pompiers. Il pourrait, selon nos informations, être ratifié dès lundi 3 février à l'issue de la session du Conseil départemental consacrée au budget primitif 2020. 

28 pompiers professionnels recrutés sur trois ans

Les syndicats de pompiers réclamaient à l'origine du conflit la création de 63 postes. Lors d'une réunion qui s'est tenue fin décembre, le département s'était engagé à recruter 20 sapeurs-pompiers professionnels sur trois ans. Une proposition que les syndicats devraient, sauf revirement de dernière minute, finalement accepter dès la semaine prochaine. "L'objectif budgété en 2019 était de 226 postes de sapeurs-pompiers professionnels  en Dordogne explique Serge Mérillou. Nous allons le porter en trois années à 246 postes de sapeurs-pompiers professionnels non-officiers. Entre l'effectif budgété en 2019 et l'effectif réel, il y avait un écart de huit postes. Nous allons donc compenser cet écart, ce qui fera un total de 28 embauches d'ici le 31 décembre 2022".

La prime de feu va augmenter

Pour le président du Service départemental d’incendie et de secours, cet accord est "le résultat d'un compromis dans lequel chacun fait un bout de chemin explique Serge Mérillou ; parce que si on ne fait pas de bout de chemin les uns et les autres, on n'avance pas". 

Au delà des recrutements, le protocole d'accord prévoit des améliorations de la rémunération des sapeurs-pompiers professionnels avec la création d'une indemnité administrative et de technicité à hauteur de 1.5 ou de 2 points selon le type de sapeur-pompier. La prime de feu, elle augmentera de 3,5 points, dès que l'arrêté du ministre sera publié.

On est loin du compte, mais ces postes-là sont nécessaires" Julien Bayle, vice-président en Dordogne du syndicat des pompiers autonomes

Pour Julien Bayle, le vice-président en Dordogne du syndicat des pompiers autonomes, "On est loin du compte, mais ces postes-là sont nécessaires pour avoir une homogénéité sur tout le territoire et avec une vision future. Aujourd'hui avec cette réaffectation de postes de sapeurs-pompiers professionnels on peut envisager l'avenir et commencer à se projeter sur des mobilités et des affectations de sapeurs-pompiers professionnels pour couvrir les carences opérationnelles"

La grève devrait donc se terminer dès la semaine prochaine, ce dont se réjouit Julien Bayle. "Être en grève n'est jamais quelque chose de facile pour tout le monde reconnaît-il. Maintenant on défend des causes qui nous paraissent justes et nécessaires pour la qualité des secours en Dordogne et on sera content de sortir de ce problème local qui était décrié".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess