Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Nancy : 3.000 signatures contre le futur immeuble de la place Thiers

mardi 6 mars 2018 à 11:49 Par Angeline Demuynck, France Bleu Sud Lorraine

Des Nancéiens se mobilisent contre le projet de construction d'un immeuble sur la place Thiers devant la gare. Accolé à la tour, le bâtiment devrait voir le jour fin 2020, à quelques mètres de la brasserie l'Excelsior.

Le futur immeuble s'élèvera entre la tour Thiers et l'Excelsior - perspective
Le futur immeuble s'élèvera entre la tour Thiers et l'Excelsior - perspective - Nouvel habitat

Ce n'est pour l'instant qu'un carré de pelouse bordé par une galerie vieillissante. Mais c'est à cet endroit, sur la place Thiers, future place Simone Veil, que doit s'élever un nouvel immeuble. Le permis de construire a été délivré début février à un promoteur immobilier nancéien. "On est sur une couture entre un immeuble des années 70 (ndlr : la tour Thiers) et la vieille ville de Nancy, explique Alexis Merlin, le patron de Nouvel Habitat. L'immeuble en L, à l'angle des rues Poincaré et Mazagran, terminera la place au travers d'une terrasse en espalier qui va permettre de raccrocher la tour et son socle à la place Thiers". Sauf recours en justice, le bâtiment devrait être livré pour la fin 2020. Il abritera des commerces, des bureaux et des logements.

La tour Thiers, "un monstrueux avatar urbain"

Mais de l'autre côté de la rue, se trouve le joyau art nouveau de la cité ducale, la brasserie l'Excelsior. Une pétition contre le projet circule actuellement sur internet. Intitulée "A tous les amoureux de l'école de Nancy", elle compte plus de 3.000 signatures. "Quand on vous dit qu'on va faire le miroir de l'Excelsior, c'est un mensonge et un non-sens", s'indigne Didier Marion, membre du comité "Rendez-nous la place Thiers". Pour lui, comme pour d'autres membres du comité, il faudrait même aller plus loin :"Envisager la démolition de la tour Thiers serait le plus beau cadeau à faire aux Nancéiens", estime ce chef d'entreprise. 

Un avis partagé par Françoise Hervé, conseillère municipale opposée au projet. "L'immeuble va aggraver la situation d'une place qui est déjà explosée. On nous le vend comme étant le moyen d'assimiler la tour Thiers au reste de la ville, mais ce n'est pas possible", martèle t-elle. L'immeuble ne ressemble pas du tout à ce qui l'environne - ni à la tour ni à l'Excelsior - donc nous allons mettre un corps étranger de plus qui empêchera une démolition éventuelle de la tour". 

La galerie commerciale actuelle sera démolie pour laisser place au nouvel immeuble - Maxppp
La galerie commerciale actuelle sera démolie pour laisser place au nouvel immeuble © Maxppp - Cédric Jacquot

Un projet voulu par la mairie

Un discours appartenant au passé selon le maire de Nancy qui assure que l'immeuble s'intégrera parfaitement à son environnement. "On a veillé à ce que le bâtiment ne soit pas plus haut que celui de l'Excelsior avec sa pergola, nous avons aussi travaillé sur les matériaux, pour qu'ils soit parfaitement adaptés aux bâtiments de pierre qui sont en face", énumère Laurent Hénart. Selon l'élu, ce projet permettra de "renforcer l'animation d'une place essentielle. "La gare c'est 9 millions de voyageurs par an, résume le maire, ce qui veut dire que la place Simone Veil est l'une des plus empruntées de Nancy." 

A noter que la mairie a, dans le passé, fait chiffrer le coût d'une éventuelle démolition de la tour Thiers : selon Laurent Hénart, la facture s'élèverait à plus de 30 millions d'euros.