Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

30 ans avant Brétignolles, le projet de Port Bourgenay déchaînait déjà les passions

-
Par , France Bleu Loire Océan

Les opposants au port de Brétignolles-sur-Mer organisent une nouvelle manifestation ce samedi. En 1985, il y a plus de 30 ans, Port Bourgenay à Talmont-Saint-Hilaire était inauguré. Le projet avait déjà soulevé une vague de critiques et de manifestations. Le maire de l'époque témoigne.

La Une du Journal des Sables, le 29 juin 1984. Déjà, on parle de projet "exemplaire" et "pilote".
La Une du Journal des Sables, le 29 juin 1984. Déjà, on parle de projet "exemplaire" et "pilote". © Radio France - Marc Bertrand

Vendée, France

Les opposants au port de Brétignolles-sur-Mer en Vendée se donnent rendez-vous ce samedi 19 octobre pour une nouvelle grande manifestation, à La Roche-sur-Yon devant la préfecture, pour contester le projet de port de plaisance. C'est le préfet qui a donné le dernier feu vert décisif au chantier. Les opposants dénoncent un port selon eux inutile, qui détruirait l'environnement et servirait à nourrir des projets immobiliers. Et c'est mot pour mot la bataille qui s'est jouée il y a 34 ans un peu plus bas sur la côte, pour la construction de Port Bourgenay à Talmont Saint-Hilaire.

Déjà en 1982, la dénonciation d'un "grand projet inutile"

Nous sommes en 1982. Le maire de Talmont-Saint-Hilaire, Jean de la Rochethulond, porte à bout de bras son projet de port de plaisance depuis le début des années 1970. Un homme, un maire, un projet de longue haleine. Comme aujourd'hui Christophe Chabot avec le port de Brétignolles. Un projet, déjà à l'époque, adoubé par le conseil départemental. Et comme le projet d'aujourd'hui, c'est la destruction d'une côte sauvage qui provoque la mobilisation d'opposants.

C'est un projet qui ne sert qu'à vendre les projets immobiliers qu'il y a derrière

Le parti Les Verts n'est même pas encore né, mais des associations écologistes contestent le projet de port, jugé "inutile", par certains, qui témoignent sur France 3 à l'époque : "Un port de plaisance en eaux profondes, entre les Sables-d'Olonne et La Rochelle, ça ne nous paraît pas indispensable", dit une opposante : "C'est un projet qui ne sert qu'à vendre les projets immobiliers qu'il y a derrière". Les opposants manifestent. Déposent des recours en justice, commandent leurs propres études pour contester le projet.

"Un port, c'est moins compliqué qu'un golf"

Et Port Bourgenay est un projet difficile. Comme le port de Brétignolles aujourd'hui, c'est un port qui ne bénéficie pas d'une emprise naturelle. Les Sables-d'Olonne, Saint-Gilles-Croix-de-Vie ou Noirmoutiers sont placés dans des estuaires ou des baies naturellement protégées de la force de la houle. Pas Port Bourgenay, qui de plus, est pétri de hauts-fonds dangereux pour la navigation. Mais le maire tient bon, et obtient les autorisations.

certains des opposants de la première heure ont été les premiers à acheter des anneaux

Aujourd'hui, à 85 ans, Jean de la Rochethulond ne regrette rien : "Je suis très satisfait de mon port. Cela ramène du monde. Les gens viennent pour y mettre leur bateau, ils font construire des maisons. Les anneaux couvrent les coûts de fonctionnement. C'est bien moins compliqué qu'un terrain de golf", affirme aujourd'hui l'ancien maire. Selon lui le port, associé à l'époque à un village Pierre & vacances, a permis de développer le littoral Talmondais.

"La différence entre Bourgenay et Brétignolles, c'est la ZAD"

Il y a eu des manifestations, des procès, j'ai cravaché, mais bon, ça a duré deux ans et puis voilà. C'est vrai qu'on n'a pas eu de ZAD", sourit-il. A l'époque de l'inauguration du port, en 1985, "certains des opposants de la première heure ont été les premiers à acheter des anneaux" dans le nouveau port, assure-t-il. Selon lui, le port a été plein dès son ouverture. Il compte aujourd'hui 700 anneaux.

"La différence entre Bourgenay à l'époque et Brétignolles aujourd'hui, c'est la ZAD", ajoute Maxence de Rugy, le maire actuel de Talmont. "A l'époque, il y a eu un débat, des manifestations, mais quand la décision a été prise, tout le monde s'est rangé derrière", assure-t-il : "Aujourd'hui malgré l'état de droit, il y a une opposition qui se constitue à travers la ZAD et c'est inquiétant". Mais Port Bourgenay, c'était il y a presque 40 ans. Aujourd'hui, beaucoup d'opposants jugent le projet de Brétignolles "anachronique".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu